Accueil

Diversité des Arachnides dans les îles d'Hyères (Porquerolles et Port-Cros, Var, France). Modifications au cours du XXe siècle

Jacqueline KOVOOR & Arturo MUÑOZ-CUEVAS

fr Zoosystema 22 (1) - Pages 33-69

Publié le 30 mars 2000

L'inventaire comparé des Arachnides (Araignées, Scorpions, Pseudoscorpions, Opilions) collectés à Porquerolles et à Port-Cros (Var) entre 1993 et 1995 montre qu'une assez grande diversité d'espèces est maintenue dans les deux îles où, respectivement, 156 et 138 espèces ont été recensées. La famille des Linyphiidae (Araignées) n'est pas prise en considération. À Porquerolles, les plages, très dégradées, sont désertées par la plupart des espèces d'Araignées et l'une des espèces d'Opilions, menacée de disparition. Les zones cultivées sont pauvres ou envahies par quelques espèces à large distribution géographique. Les Araignées frondicoles dominent en nombres d'espèces et d'individus. Les espèces lapidicoles et corticoles sont bien installées dans des zones boisées dont les sols conservent quelque humidité. Des microhabitats humides, favorables aux populations de certaines espèces, sont en outre générés par les conditions nécessaires aux cultures potagères et fruitières (arrosages)et à la vie des habitants et des touristes (traitement des eaux). La présence de 80 espèces d'Araignées "nouvelles "pour l'île relève, pour beaucoup, de la proximité du littoral varois et de la circulation intense des personnes et des marchandises entre les îles et le continent. À Port-Cros, la vigilance du Parc national, la fréquentation touristique moindre, l'absence de cultures et le reboisement naturel du milieu concourent à créer une situation différente. Les microhabitats sont plus secs et moins variés qu'à Porquerolles. Les Araignées frondicoles héliophiles et celles associées au chêne vert sont établies en populations importantes. Une mygale terricole typiquement méditerranéenne est commune dans l'île, mais les Araignées lapidicoles et corticoles sont peu abondantes. Le maquis développé sur Bagaud (Réserve intégrale) recèle une diversité d'Araignées relativement plus grande que sur l'île principale. La diversité des Arachnides semble avoir diminué à Port-Cros au cours du XXe siècle ; la sécheresse ambiante jointe à l'action conservatrice du Parc national et une certaine fermeture du milieu ont, en outre, pour conséquence le développement de larges populations d'Araignées appartenant à un nombre limité d'espèces. Opilions et Pseudoscorpions figurent pour la première fois dans l'inventaire port-crosien.

Mots-clés :

Îles d'Hyères, Méditerranée, Port-Cros, Porquerolles, inventaire faunistique comparé, Arachnides, anthropisation.

Télécharger l'article complet au format PDF