Accueil

The molluscs of the “Falunière” of Grignon (Middle Lutetian, Yvelines, France): quantification of lithification bias and its impact on the biodiversity assessment of the Middle Eocene of Western Europe

Malcolm T. SANDERS, Didier MERLE & Loïc VILLIER

en Geodiversitas 37 (3) - Pages 345-365

Publié le 25 septembre 2015

Les mollusques de la « Falunière » de Grignon (Lutétien moyen, Yvelines, France) : quantification du biais d’induration et son impact sur l’évaluation de la biodiversité à l’Éocène moyen en Europe occidentale

L’induration des sédiments est un problème majeur pour l’évaluation de la paléobiodiversité. Bien qu’abondamment discutés dans la littérature, les biais liés à l’induration ont rarement été quantifiés. Ce travail propose une première estimation de l’impact lié à la diagenèse sur l’enregistrement de la diversité malacologique pour un niveau de la Falunière de Grignon (Lutétien moyen, France). Ce niveau a la particularité de présenter deux faciès lithologiques : un meuble et un lithifié issus d’une même taphocénose. La diversité des mollusques de trois échantillons meubles a été comparée à celle de trois échantillons indurés représentant en tout 1453 individus, répartis dans 131 espèces. Cette comparaison a été réalisée grâce à la construction de deux courbes de raréfaction extrapolées pour des jeux de 30 échantillons et le calcul de deux indices : le eDG (extrapolated Diagenesis Gap) qui donne une valeur de perte de la biodiversité entre les deux facies et le STD (sampling/diagenesis bias threshold) qui donne le seuil (en nombre d’échantillons) à partir duquel peut être calculé le eDG. L’analyse de la différence de richesse obtenue révèle une perte de près de 80 % de l’enregistrement de la paléobiodiversité dans le faciès induré. Cette perte peut aller jusqu’à 100 % pour les espèces de taille inférieure à 2 mm. Les problèmes d’enregistrement liés à la taille des spécimens sont discutés aussi bien pour les grandes que pour les petites coquilles. Le problème de l’enregistrement de la biodiversité malacologique en fonction de la lithologie est aussi abordé à l’échelle régionale par la comparaison de données bibliographiques pour des sites à lithologie indurée ou non, provenant du Bassin parisien et datés du Lutétien (Vanves, Nanterre, Damery, Ferme de l’Orme, Chaussy, Grignon et Villiers-Saint-Frédéric) ou du Bartonien (Baron), du Bartonien du Bassin d’Aquitaine (Blaye et Gironde) et du Lutétien d’Italie (San Giovanni Ilarione). Une réévaluation de la biodiversité en tenant compte des biais d’induration semble indiquer une richesse faunique équivalente, voire supérieure de la région téthysienne (San Giovanni Ilarione) par rapport au Bassin de Paris, ce qui ne correspond pas aux données disponibles mais serait plus en accord avec les hypothèses de point-chaud de la biodiversité dans l’ouest de la Téthys. Dans l’avenir, les comparaisons de biodiversité entre intervalles de temps ou régions distinctes devraient tenir compte des conditions de préservation et d’induration.

Mots-clés :

paléobiodiversité, biais taphonomique, raréfaction, Lutétien, Grignon, San Giovanni Ilarione, mollusques

Télécharger l'article complet au format PDF