Accueil

Fossil Aphanius (Teleostei, Cyprinodontiformes) from southwestern Anatolia (Turkey): a contribution to the evolutionary history of a hotspot of freshwater biodiversity

Tanja SCHULZ-MIRBACH & Bettina REICHENBACHER

en Geodiversitas 30 (3) - Pages 577-592

Publié le 30 septembre 2008

Des Aphanius fossiles (Teleostei, Cyprinodontiformes) du Bassin de Burdur au sud-ouest de l’Anatolie (Turquie). Une contribution à l’histoire évolutive d’un centre de diversification de biodiversité des faunes d’eau douce.

Jusqu’à présent le genre Aphanius n’était connu en Anatolie (Turquie) que par une seule espèce fossile surtout représentée par quelques otolithes. L’Anatolie étant un important centre de diversification pour ce genre, il est intéressant d’étudier de nouveaux otolithes fossiles récemment récoltés dans le Pliocène (inférieur ou supérieur ?) à Yassigüme dans le bassin de Burdur (sud-ouest de l’Anatolie). Nous avons comparé les morphologies de ces otolithes fossiles avec celles des otolithes de l’espèce actuelle Aphanius anatoliae sureyanus qui vit dans le lac de Burdur. La morphométrie a été menée par analyse de Fourier des contours et les résultats ont été traités statistiquement par une analyse en composante principale (ACP) complétée par une analyse canonique discriminante (ACD). Pour enrichir le champ des comparaisons, nous avons également pris en compte une population d’A. a. anatoliae provenant du Lac Salda proche du lac de Burdur et une population d’A. danfordii provenant du fleuve Kızılırmak situé dans la partie septentrionale de l’Anatolie centrale. Les contours extérieurs des otolithes fossiles sont morphologiquement très proches de ceux des A. a. sureyanus qui vivent actuellement dans le lac de Burdur. Par contre les otolithes fossiles sont clairement distincts de ceux de l’espèce actuelle A. danfordii. En outre, la similitude morphologique est plus forte avec A. a. sureyanus qu’avec A. a. anatoliae, deux sous-espèces actuelles qui vivent à peu de distance l’une de l’autre mais qui, comme le montre l’ACD, n’occupent pas exactement la même partie de l’espace morphologique. Ces résultats nous conduisent à supposer que la différenciation sous-spécifique était déjà bien avancée lors de l’épisode de fossilisation du Pliocène. La forte similitude morphologique qui existe entre les otolithes fossiles et A. a. sureyanus ne permet pas de considérer les formes fossiles comme une nouvelle espèce. Nous préférons donc, au moins provisoirement, les désigner comme †A. cf. anatoliae sureyanus.

Mots-clés :

Teleostei, Cyprinodontiformes, otolithe, Néogène, Lac Burdur, Aphanius, Anatolie, analyse de Fourier, biodiversité des faunes d’eau douce

Télécharger l'article complet au format PDF