Accueil

Contributions biostratigraphiques et paléoenvironnementales de l'étude des nannofossiles calcaires des dépôts tortono-messiniens du bassin du Chélif (Algérie)

Mohamed El Habib MANSOURI, Mostefa BESSEDIK, Marie-Pierre AUBRY, Lahcene BELKEBIR, Bouhameur MANSOUR & Luc BEAUFORT

fr Geodiversitas 30 (1) - Pages 59-77

Publié le 28 mars 2008

Cinquante espèces de nannofossiles calcaires ont été inventoriées dans des dépôts d’âge miocène supérieur du bassin du Chélif septentrional (Dahra, coupe de Ben Dourda). La fréquence de certaines d’entre elles (Discoaster loeblichii, D. quinqueramus, Amaurolithus primus et A. amplificus) suggère la présence de quatre sous-biozones (NN10a, NN10b, NN11b et NN11c) attribuées au Tortonien et au Messinien. La sous-zone NN11a est lacunaire (hiatus). Cette lacune est attestée par la présence simultanée (FO) de D. quinqueramus et A. primus. Les mêmes échantillons soumis à l’analyse des foraminifères planctoniques révèlent une succession comparable de biozones (Neogloboquadrina acostaensis, N. humerosa-N. dutertrei et Globorotalia mediterranea) ayant permis d’effectuer un meilleur étalonnage entre échelles biostratigraphiques (nannofossiles calcaires, foraminifères). La limite Tortonien-Messinien est repérée au niveau de l’échantillon 28 sur la coupe, marquée par la première occurence (FO) d’A. delicatus et Reticulofenestra rotaria d’une part et de G. mediterranea d’autre part. L’analyse des associations et les fluctuations de l’abondance relative de Coccolithus pelagicus et R. pseudoumbilicus ont permis de mettre en évidence sept phases successives au cours du Miocène supérieur caractérisées, en alternance, par des conditions de masses d’eau marine froide et chaude, de variations dans l’intensité de la lumière et de disponibilité des éléments nutritifs.

Mots-clés :

Nannofossiles calcaires, foraminifères, Miocène supérieur, biostratigraphie, paléoécologie, bassin du Chélif, Algérie

Télécharger l'article complet au format PDF