Accueil

Origine de l'ambre des faciès sparnaciens (Éocène inférieur) du Bassin de Paris : le bois de l'arbre producteur

Dario DE FRANCESCHI & Gaël DE PLOËG

fr Geodiversitas 25 (4) - Pages 633-647

Publié le 26 décembre 2003

Dans le Bassin de Paris, l'ambre est connu en divers points depuis le début du XIX e siècle. Tous les sites inventoriés sont datés de l'Éocène inférieur et correspondent au faciès continental appelé Sparnacien. Un nouveau gisement, découvert récemment dans l'Oise, a fourni de grandes quantités de cette résine fossile. D'autres macrorestes végétaux, notamment du bois en connexion avec ces coulées de résine, ont également été collectés. Ce bois particulier est orné de sillons parallèles horizontaux visibles macroscopiquement. Rencontré pour la première fois dans le sous-sol de Paris en 1904, ce bois a déjà été partiellement décrit par Combes sous le nom Aulacoxylon sparnacense Combes, 1907. Une description anatomique de ce bois est donnée ici à partir des nouvelles collectes effectuées dans l'Oise. La structure de l'arbre producteur de cette résine est très semblable à celle des Caesalpiniaceae (angiospermes, eudicotylédones) de la tribu des Detarieae, notamment du genre actuel Daniellia Benn. L'abondance et les affinités de ce taxon ainsi que l'examen des autres éléments de la paléoflore permettent la reconstitution du paysage végétal à cette époque. Une mosaïque de forêt-galerie côtoyait des formations plus sèches, dans une zone deltaïque, en climat sub-tropical. L'ambre et le bois Aulacoxylon sparnacense sont de bons marqueurs de cet intervalle de temps et de cet environnement continental. Les limites paléogéographiques de cet environnement végétal sont obtenues à partir de l'inventaire des sites à ambre des faciès sparnaciens du Bassin de Paris et correspondent probablement aux limites du faciès continental dans cette région.

Mots-clés :

Caesalpiniaceae, Detarieae, Éocène inférieur, Bassin de Paris, fossile, lignite, anatomie du bois, ambre

Télécharger l'article complet au format PDF