Accueil

Des exploitations intensives d’huîtres pendant l'Antiquité et le Moyen Âge sur le littoral atlantique français : l'exemple de Beauvoir-sur-Mer (Vendée)

Catherine DUPONT & Nicolas ROUZEAU

fr Anthropozoologica 50 (2) - Pages 109-122

Publié le 31 décembre 2015

La consommation des huîtres plates Ostrea edulis Linnaeus, 1758 est connue dès le Mésolithique le long de la façade atlantique européenne (Gutiérrez-Zugasti et al. 2011). Ce constat se vérifie également sur les côtes françaises (Dupont 2006). L’exploitation de ce coquillage est très importante pendant l’Antiquité (Ferdière 1988). Avec le développement du transport de marchandises, ce mollusque est alors découvert sur des sites archéologiques éloignés de plusieurs centaines de kilomètres du trait de côte. Le succès de l’huître se poursuit pendant le Moyen Âge. D’importantes accumulations de ce bivalve sont fréquemment découvertes dans des amas coquilliers le long du littoral atlantique français. Certains d’entre eux sont mieux connus car ils se matérialisent sous la forme de hautes buttes qui se démarquent dans le paysage. Beaucoup d’autres sont ignorés car ils se situent actuellement sous d’anciens villages côtiers. Ces sites archéologiques où dominent les coquillages font rarement l’objet de fouilles. L’étude proposée, qui traite du site de Beauvoir-sur-Mer (Vendée), est, à ce titre, une nouveauté en la matière. Ce site se caractérise par un énorme amas coquillier d’une surface de 1700 × 25 m et de 1-2 m d’épaisseur. Sa formation est datée entre le VIIe et le XIVe siècles. Dans sa proximité un château a été érigé au XIIIe siècle. Il apparaît au vu des données de terrain que l’accumulation de coquilles s’est faite avant l’édification du château et a perduré lors de son occupation. Pour la présente analyse, un échantillon de 5673 coquilles a été étudié. Elle montre comment ces huîtres ont été exploitées sur le littoral, dans quel type d’environnement, comment elles ont été sélectionnées… L’analyse biométrique des huîtres associée à l’observation des stigmates d’ouverture montre que les plus grandes huîtres ont été ouvertes et que la chair en a été extraite immédiatement. Si ce type d’exploitation des huîtres est connu pour le Moyen Âge, des fouilles récentes au Langon montrent que cette extraction intensive de la chair des huîtres a pu débuter dès l’Antiquité. De plus, la faune associée identifiée à Beauvoir-sur-Mer nous informe sur la zone du littoral où les huîtres ont été exploitées, ainsi que sur le type de biotope dans lequel elles ont été collectées. Les résultats obtenus pour ce site sont confrontés à d’autres accumulations historiques d’huîtres dans la région.

Mots-clés :

Ostrea edulis, huître plate, Moyen Âge, spécialisation, paléoenvironnement

Télécharger l'article complet au format PDF