Accueil

Experiments in bone boiling: nutritional returns and archaeological reflections

Karen D. LUPO & Dave N. SCHMITT

en Anthropozoologica 25-26 - Pages 137-144

Publié le 01 juin 1998

Expérimentations consistant à faire bouillir des os : rendements nutritionnels et considérations archéologiques

Bouillir des os avec la viande attenante est un traitement couramment utilisé par des populations humaines contemporaines et préhistoriques. Quoique la majorité des chercheurs convienne que ce traitement prend beaucoup de temps, il y a peu de données quantitatives concernant la durée et l'effort nécessaire à ce traitement ou encore les quantités et types de nourriture obtenus par cette technique. Cet article présente des données concernant l'efficacité de bouillir les os animaux en comparaison avec le traitement de carcasses sans l'aide du feu. Ces résultats ont été obtenus lors d'expérimentations récentes de boucherie sur des carcasses d'impalas, gnous et zèbres. Les carcasses des taxons de taille moyenne peuvent être traitées presque entièrement sans l'aide du feu. Bouillir les os prend beaucoup de temps mais est très utile dans l'extraction de la graisse des os et améliore la qualité de la viande maigre. Compte tenu de ces résultats, nous nous posons des questions sur la fréquence avec laquelle les hominidés d'avant l'ère du feu ont transporté les os des proies de taille moyenne et grande à des fins de consommation. Nous proposons également que la technique de bouillir les os aurait dû être adoptée dès l'apparition du feu. Bouillir ne nécessite pas l'usage de récipients non-périssables, tels que ceux en métal ou céramique, et pourrait se refléter dans des types spécifiques de marques d'endommagement des os.

Mots-clés :

Boucherie de carcasses, bouillir des os, valeur nutritive, Afrique de l'Est, taphonomie.

Télécharger l'article complet au format PDF