Accueil

Adaptive radiation of pollination mechanisms in Sparaxis (Iridaceae: Ixioideae)

Peter GOLDBLATT, John C. MANNING & Peter BERNHARDT

en Adansonia 22 (1) - Pages 57-70

Publié le 30 juin 2000

Radiation adaptative des mécanismes de la pollinisation dans le genre Sparaxis (Iridaceae: Ixioideae).

Des observations de terrain, des dissections florales, des analyses du nectar, et l’examen du pollen prélevé sur des insectes visiteurs capturés dans les fleurs de 13 des 15 espèces de Sparaxis, montrent que les systèmes de pollinisation sont particulièrement diversifiés au sein de ce petit genre d’Iridaceae endémique d’Afrique australe. Trois systèmes de pollinisation, se chevauchant, impliquant des vecteurs polliniques appartenant à trois ordres d’insectes (Coléoptères, Diptères et Hyménoptères), peuvent être reconnus chez Sparaxis. Quatre espèces (S. auriculata, S. caryophyllacea, S. variegata et S. villosa possèdent des fleurs zygomorphes, bilabiées (de type « gosier ») dont les étamines sont appliquées contre un tépale dorsal érigé ou encapuchonné ; ces espèces sont pollinisées essentiellement par des abeilles (Anthophorinae : Apidae) pour lesquelles le nectar est le principal attrait. Sparaxis metelerkampiae, à fleurs pourpre-foncé à long tube périanthaire, appartient à un ensemble local d’espèces dont les membres possèdent des fleurs de couleur semblable pollinisées par une mouche à longue trompe, Prosoeca peringueyi (Nemestrinidae). Sparaxis parviflora, aux fleurs minuscules bilabiées et odorantes, à anthères apparentes, est pollinisé par des abeilles mellifères autochtones, attirées par le pollen et le nectar. Les autres espèces possèdent des fleurs à périanthe actinomorphe et à tube floral étroit qui contient des quantités infimes de nectar ; il s’agit d’espèces non spécialisées, visitées par un large éventail d’insectes dont des Scarabées (Hoppliinae), des Tabanidae à trompe courte et parfois des abeilles collectrices de pollen (chez S. bulbifera et S. fragrans). Une analyse phylogénétique suggère que la pollinisation par des Anthophorinae attirés par le nectar est le syndrome ancestral dans le genre Sparaxis. Au cours de l’évolution, il y a eu, au moins une fois, changement du système de pollinisation impliquant des mouches à longue trompe puis, dans un clade une évolution vers des fleurs de plus en plus actinomorphes, liée au développement d’un système spécialisé limité aux Tabanidae et aux Hopliinae à partir d’un système plus général impliquant des abeilles appartenant à diverses familles.
Mots-clés :
Iridaceae, pollinisation, présentation florale, radiation adaptative
Télécharger l'article complet au format PDF