Accueil

Analysis of lichen secondary chemistry doubled the number of Cetrelia W.L. Culb. & C.F. Culb. species (Parmeliaceae, lichenised Ascomycota) in Hungary

Edit FARKAS, Bernadett BIRÓ, Nóra VARGA, Mónika SINIGLA & László LÖKÖS

en Cryptogamie, Mycologie 42 (1) - Pages 1-16

Publié le 02 février 2021

L’analyse de la chimie secondaire du lichen double le nombre d’espèces de Cetrelia W.L. Culb. & C.F. Culb. (Parmeliaceae, Ascomycota lichénisées) en Hongrie

Les modèles de distribution des métabolites secondaires des lichens sont souvent des taxons spécifiques. Cela représente une diversité chimique qui s’ajoute à la biodiversité morphologique et anatomique. Les espèces de Cetrelia W.L. Culb. & C.F. Culb. (environ 200) furent contrôlées et révisées avec une chromatographie sur couche mince. Soredia, pseudocyphellae, rhizinae et les caractéristiques de la surface inférieure sont les principaux caractères morphologiques analysés par rapport à la présence de pigment cortical, d’atranorine et d’acide médullaire (acide α-alectoronique, acide anziaque, acide α-collatolique, acide β-alectoronique, acide β-collatolique, acide imbiricarique, acide 4-O-déméthylimbiricarique, acide olivétorique, acide perlatorique, acide physodique, acide 4-O-méthylphysodique) qui peuvent être trouvés dans les médulles. La présence de l’espèce C. chicitae (W.L. Culb.) W.L. Culb. & C.F. Culb. (décrite en Amérique) en Europe est prouvé sur la base de l’apparition de sept composants de lichens différents. Nous avons démontré et cartographié la présence de quatre espèces en Hongrie. Les espèces C. chicitae et C. monachorum (Zahlbr.) W.L. Culb. & C.F. Culb. sont nouvelles pour la flore lichenique Hongroise. L’espèce connue auparavant C. cetrarioides (Duby) W.L. Culb. & C.F. Culb. devient rare, et l’espèce C. olivetorum (Nyl.) W.L. Culb. & C.F. Culb. est moins fréquente qu’elle ne l’était. De nos jours C. monachorum est l’espèce la plus fréquente de ce genre en Hongrie. Les espèces C. chicitae et C. cetrarioides doivent être protégées. Parmelia cetrarioides f. pseudofallax (Gyeln.) Gyeln. est lectotypifié ici.


Mots-clés :

Chimiotaxonomie, distribution géographique, chromatographie en couche mince haute performance (CCMHP), lichen formant des fongus, lichen secondaire metabolite (LSM), lectotypification

Télécharger l'article complet au format PDF Commander une version imprimée