Accueil

Prolagus Pomel, 1853 (Lagomorpha, Mammalia) in the framework of the Pliocene faunal rearrangements in central Europe

Stanislav ČERMÁK, Chiara Angelone & Blanca MONCUNILL-SOLÉ

en Comptes Rendus Palevol 20 (28) - Pages 597-617

Publié le 28 juin 2021

Prolagus Pomel, 1853 (Lagomorpha, Mammalia) dans le cadre des réarrangements fauniques du Pliocène de l’Europe centrale

Le peu de données dont nous disposons sur le Prolagus Pomel, 1853 du Pliocène d’Europe centrale représentent des anomalies dans la distribution géographique du genre, qui, à cette époque, est limité à la zone péri-Méditerranéenne. Bien que la présence de Prolagus dans le Pliocène d’Europe centrale est connue depuis plusieurs décennies, de tels matériels n’ont jamais fait l’objet d’une révision générale. Une analyse détaillée et une comparaison de tous les matériels disponibles étudiés ici ont permis d’identifier deux éntités phénotypiques : 1) Prolagus bilobus Heller, 1936 à Gundersheim (plusieurs localités) et Raciszyn 1, pour lequel des carcatères diagnostiques additionels et des modèles ontogénétiques de variation (d3/p3 et mandibule) ont été définis ; et 2) Prolagus sp. à Beremend 26/39, qui représente probablement une nouvelle espèce. Toutes les occurrences disponibles sont datées du MN15b. Les tendances morphologiques vers une réduction de l’entoconide de p3 et une diminution du repli de l’émail, mises en évidence dans les espèces pliocènes de Prolagus d’Europe occidentale, n’ont pas été reconnues dans des formes contemporaines d’Europe centrale. Prolagus bilobus et Prolagus sp. n’appartiennent manifestement pas au clade ouest-européen, dont la séparation est connue depuis le début du Miocène supérieur. Notre hypothèse est qu’au moins P. bilobus trouve son origine dans une dispersion des populations à partir de l’Europe sud-orientale plutôt que, comme on le croyait autrefois, dans une spéciation autochtone de populations isolées, laissées telles des vestiges à la suite du déplacement vers le sud de l’aire de distribution géographique de Prolagus. Cette dispersion est probablement liée aux changements environnementaux à l’échelle globale survenus au Pliocène, et responsables de changements environnementaux globaux pendant lesquels des réarrangements fauniques majeurs ont pris place en Europe, et particulierement à la transition Pliocène inférieur/supérieur.


Mots-clés :

Prolagidae, Prolagus bilobus, Gundersheim, Raciszyn 1, Beremend, paléobiogéographie

Télécharger l'article complet au format PDF