Accueil

Solmsia Baill.: a taxonomic revision of an endemic New Caledonian genus of Thymelaeaceae

Zachary S. ROGERS & Sara FUENTES-SORIANO

en Adansonia 43 (12) - Pages 125-150

Publié le 14 juin 2021

Solmsia Baill. : une révision taxonomique d’un genre néo-calédonien endémique de Thymelaeaceae

Le genre endémique Solmsia Baill. (Thymelaeaceae Juss.: Octolepidoideae Gilg) a été fondé, en 1871, sur deux espèces S. calophylla Baill. et S. chrysophylla Baill. Au cours des derniers 150 ans, le genre à reçu peu d’attention qu’elle soit taxonomique ou autre. De nouvelles informations morphologiques, écologiques et de répartition, recueillies sur 484 échantillons d’herbiers indiquent que les deux espèces actuellement reconnues (considérées comme des morphogroupes) montrent une variation continue, chevauchante, dans des analyses statistiques multivariées. Ces deux morphogroupes partiellement sympatriques sont traités ici comme conspécifiques sous le nom S. callophylla, le lectotype du genre, et la reconnaissance formelle de l’un ou de l’autre de ces groupes, à quelque rang infraspécifique que ce soit, est jugée inutile. L’espèce unique, recirconscrite, est entièrement restreinte à Grande Terre, ou elle se rencontre de la végétation de maquis sur roches ultramafiques (péridotite et serpentine) et sur certaines formes de sols ferrallitiques (ferralsols/oxisols). Des lectotypes, sélectionnés parmi environ 55 parts représentant des syntypes probables ou possibles, sont désignés pour les deux binômes de Baillon. Des descriptions complètes sont données pour le genre et les espèces, accompagnées d’illustrations, de photographies, d’une carte de répartition, et d’un statut UICN de conservation préliminaire de niveau quasi menacé (NT). Les relations morphologiques et biogéographiques de Solmsia sont discutées dans le contexte phylogénétique des autres Octolepidoideae, une sous-famille basale des Thymelaeaceae, ainsi qu’avec le genre Tepuianthus Maguire & Steyerm. (antérieurement Tepuianthaceae Maguire & Steyerm.) étroitement lié mais notablement disjoint car centré sur le plateau des Guyanes. La déhiscence et la taille des capsules matures sont aussi, et respectivement, confirmées et documentées pour la première fois dans le genre étroitement apparenté, Deltaria Steenis, un autre genre monospécifique, peu connu et endémique de Nouvelle Calédonie.


Mots-clés :

Thymelaeaceae, Deltaria, Lethedon, Octolepidoideae, Nouvelle-Calédonie, Grande Terre, analyse morphométrique, écologie, substrat ultramafique, liste rouge de l’UICN, lectotypification

Télécharger l'article complet au format PDF