Accueil

Groundwater oligochaetes (Annelida, Clitellata) from the Mercantour National Park (France), with the descriptions of one new genus and two new stygobiont species

Patrick MARTIN, Rüdiger M. SCHMELZ & Marie-José DOLE-OLIVIER

en Zoosystema 37 (4) - Pages 551-569

Publié le 31 décembre 2015

Les oligochètes (Annelida, Clitellata) des eaux souterraines du Parc national du Mercantour (France), avec la ­description d’un nouveau genre et de deux nouvelles espèces stygobiontes

Bien qu’il soit reconnu comme un remarquable point chaud de biodiversité pour sa flore et sa faune, le massif du Mercantour reste presque totalement inexploré quant à sa faune souterraine. Ce travail rapporte le premier aperçu des assemblages d’oligochètes des eaux souterraines du Parc national du Mercantour, suivant une exploration standardisée des aquifères consolidés (massif fracturé) et non consolidés (poreux). Environ 40 espèces d’oligochètes ont été trouvées dans 49 stations représentatives des principaux bassins hydrogéographiques du Parc national du Mercantour, ainsi que des sources et de la zone hyporhéique. Cinq espèces stygobiontes ont été identifiées, probablement toutes nouvelles pour la science, parmi lesquelles deux sont ici formellement décrites, Aberrantidrilus stephaniae Martin n. gen., n. sp. (Naididae Ehrenberg, 1828, Phallodrilinae Brinkhurst, 1971) et Marionina sambugarae Schmelz n. sp., une espèce appartenant au complexe d’espèces Marionina argentea (Michaelsen, 1889) (Enchytraeidae Vejdovský, 1879) à large répartition. Les espèces d’eaux douces souterraines autrefois attribuées Abyssidrilus Erséus, 1992 sont transférées dans le genre Aberrantidrilus Martin n. gen., ­restreignant ainsi Abyssidrilus à ses espèces marines abyssales. Douze des espèces du Mercantour peuvent être considérées comme stygophiles. La plupart des espèces stygobiontes proviennent des habitats hyporhéiques tandis que les stygophiles se répartissent de façon plus équilibrée entre les deux types d’habitats. La quasi-absence d’espèces stygoxènes dans la zone hyporhéique suggère que cet habitat est moins affecté par l’environnement épigé que les sources. La dominance des enchytréides au sein de la faune des oligochètes des eaux souterraines est ici confirmée, ainsi que le genre Trichodrilus ­Claparède, 1862 en tant qu’élément faunistique le plus caractéristique des communautés d’oligochètes des eaux douces souterraines. Enfin, la possibilité qu’Aberrantidrilus cuspis n. comb. sensu Sambugar et al. (1999) soit un complexe d’espèces cryptiques est discutée dans le cadre des progrès récents dans la connaissance de la biodiversité des eaux souterraines.

Mots-clés :

Clitellata aquatiques, Oligochètes, eaux souterraines, Mercantour, combinaisons nouvelles, espèces nouvelles, genre nouveau.

Télécharger l'article complet au format PDF