Accueil

Sanidaster in Freshwater Sponges: an unexpected spicule for the birotuled Genus Corvoheteromeyenia Ezcurra de Drago, 1979

Ulisses PINHEIRO, Carlos SILVA & Ludimila CALHEIRA

en Zoosystema 37 (3) - Pages 449-456

Publié le 25 septembre 2015

Des sanidasters chez les éponges d’eau douce : une spicule inattendue chez le genre birotulées Corvoheteromeyenia Ezcurra de Drago, 1979

Corvoheteromeyenia Ezcurra de Drago, 1979 est trouvé exclusivement dans la région néotropicale, où elle est connue par deux espèces: C. australis (Bonetto & Ezcurra de Drago, 1966) et C. heterosclera (Ezcurra de Drago, 1974). Le genre est caractérisé par la présence de gemmuloscleres birotulées insérées radialement dans la gemmule ; de mégasclères uniquement composées d’oxes, occasionnellement couvertes par des microépines ; et des microsclères pseudobirotulées présentes en deux séries distinctes. Douze spécimens, appartenant au genre Corvoheteromeyenia, ont été échantillonnés dans le bassin du São Francisco (Bahia, Brésil). À partir de ce matériel, nous signalons l’espèce C. heteroscleres pour le bassin du São Francisco. De plus, nous décrivons une nouvelle espèce de Corvoheteromeyenia qui diffère des autres espèces du genre par la présence de gemmulosclères sanidasters. Ces sanidasters ont une morphologie intermédiaire entre les formes birotulées et les formes de bâtonnet (acanthostrongyles). La présence de gemmulosclère sanidasters pourrait être interprêtée comme une malformation due aux conditions environnementales, puisque des malformations des gemmulosclères ont déjà été observées en conditions expérimentales, quand certaines éponges d’eau douce étaient exposées à des métaux lourds. Cependant, seulement 50 % des gemmulosclères étaient alors malformées, alors que chez C. sanidastosclera n. sp. 100 % des gemmulosclères sont sanidasters. Nous ne croyons donc pas que la morphologie de ces spicules soit un résultat d’une exposition aux composés chimiques dans l’environnent. Nos résultats renforcent l’hypothèse de Penney & Racek (1968) selon laquelle la séparation des Spongillidae Gray, 1867 en deux groupes d’après la forme de leur gemmulosclère comme proposée par Vejdovsky (1887) n’est plus justifiée.

Mots-clés :

Éponge dulcicole, gemmulosclère, taxonomie, Bahia, Région néotropicale, espèce nouvelle.

Télécharger l'article complet au format PDF