Accueil

Chromosome analyses challenge the taxonomic position of Augosoma centaurus Fabricius, 1775 (Coleoptera: Scarabaeidae: Dynastinae) and the separation of Dynastini and Oryctini

Anne-Marie DUTRILLAUX, Zissis MAMURIS & Bernard DUTRILLAUX

en Zoosystema 35 (4) - Pages 537-549

Publié le 27 décembre 2013

L’analyse chromosomique remet en cause la position taxonomique d’Augosoma centaurus Fabricius, 1775 (Coleoptera : Scarabaeidae : Dynastinae) et la séparation des Oryctini et Dynastini

Augosoma centaurus Fabricius, 1775 (Melolonthidae: Dynastinae), l’un des plus grands coléoptères Scarabaeoidea de la Région Éthiopienne, est classé dans la tribu des Dynastini MacLeay, 1819, principalement sur la base des caractères morphologique du mâle : grandes cornes frontales et pronotales et allongement des pattes antérieures. Les 62 autres espèces de cette tribu sont regroupées en dix genres localisés dans les régions orientale, australiasienne et néotropicale. Nous avons réalisé une étude chromosomique d’Acentaurus et de plusieurs autres espèces de Dynastini d’Asie et d’Amérique, ainsi que d’espèces appartenant à d’autres sous-familles de Melolonthidae Leach, 1819 et de plusieurs tribus de Dynastinae MacLeay, 1819 : Oryctini Mulsant, 1842 ; Phileurini Burmeister, 1842 ; Pentodontini Mulsant, 1842 et Cyclocephalini Laporte de Castelnau, 1840. Les caryotypes de la plupart des espèces étudiées sont assez semblables, avec 20 chromosomes, composés de 18 autosomes méta- ou sub-métacentriques, d’un X acrocentrique ou sub-métacentrique et d’un Y ponctiforme, comme celui de leurs ancêtres communs. Parmi les Dynastinae, les caryotypes des deux espèces d’Oryctes Illiger, 1798 étudiées et d’A. centaurus font exception : ils sont très semblables et comprennent 18 chromosomes, de nombreux autosomes acrocentriques et des neo-chromosomes sexuels résultant d’une translocation X-Y-autosome. La morphologie des mâles d’Acentaurus évoque celle des autres Dynanastini, mais celle des femelles est beaucoup plus proche du genre Oryctes. Devant cette ambiguité, nous avons regroupé et analysé les données publiées du séquençage de l’ADN, qui confirment pleinement la grande proximité Oryctes-Augosoma. Ceci remet en cause la classification actuelle de ces genres dans deux tribus différentes, ainsi que la séparation des Oryctini et des Dynastini et la prise en compte des caractères exagérés des mâles pour établir une classification systématique.

Mots-clés :

Similarité, chromosomes, ADN, Augosoma, Oryctes, Dynastinae, révision.

Télécharger l'article complet au format PDF