Accueil

Taxonomic study on the molluscs collected in Marion-Dufresne expedition (MD55) to SE Brazil: Xenophoridae, Cypraeoidea, mitriforms and Terebridae (Caenogastropoda)

Luiz Ricardo L. SIMONE & Carlo M. CUNHA

en Zoosystema 34 (4) - Pages 745-781

Publié le 28 décembre 2012

Étude taxonomique des mollusques collectés lors de l’expédition Marion-Dufresne (MD55) au large du sud-est du Brésil : Xenophoridae, Cypraeoidea, mitriformes et Terebridae (Caenogastropoda)

Les mollusques d’eau profonde collectés durant l’expédition MD55 au large du sud-est du Brésil ont été progressivement étudiés dans de précédentes publications. Le présent article se concentre sur les échantillons appartenant aux caenogastropodes : Xenophoridae Troschel, 1852, Cypraeoidea Rafinesque, 1815, mitriformes et Terebridae Mörch, 1852. Concernant les Xenophoridae, Onustus aquitanus n. sp. est une nouvelle espèce collectée au large du littoral d’Espírito Santo et de Rio de Janeiro, Brésil, à 430-637 m de profondeur (talus continental). Les principaux caractères de cette espèce sont sa petite taille (c. 20 mm), sa coquille proportionnellement large, sa couleur blanche, son court rebord périphérique, ses côtes obliques faiblement développées et sa protoconque multispiralée marron. C’est, semble-t-il, l’espèce vivante la plus petite de la famille, caractère qui la rapproche des espèces fossiles. En ce qui concerne les Cypraeoidea, les résultats suivants ont été obtenus : famille Cypraeidae Rafinesque, 1815 : Erosaria acicularis (Gmelin, 1791) et Luria cinerea (Gmelin, 1791) ont été récoltées à la plus grande profondeur, respectivement 607-620 m et 295-940 m, mais les échantillons étaient tous constitués de coquilles mortes, érodées. Famille Lamellariidae d’Orbigny, 1841 : un total de trois lots a été collecté, provisoirement identifiés comme Lamellaria spp., car les échantillons sont constitués uniquement de restes de coquilles ; il est possible que chaque lot représente une espèce différente. Famille Pediculariidae Gray, 1853 : un échantillon de Pedicularia tibia Simone, 2005 a été découvert, augmentant la répartition de cette espèce d’environ 1000 km vers le sud, de Ceará à Espírito Santo. Famille Ovulidae Fleming, 1822 : Pseudosimnia lacrima n. sp., collectée au large d’Espírito Santo, à 607-620 m de profondeur, est décrite ; elle se caractérise par un fort contour biconique, une petite taille (c. 7 mm) et un callus périphérique épais. Famille Triviidae Troschel, 1863 : Cleotrivia antillarum (Schilder, 1922) est attestée pour la première fois à une profondeur de 620 m et sa distribution étendue de Rio Grande do Norte à Espírito Santo ; sont également décrites ici Dolichupis akangus n. sp. aux contours arrondis et avec c. 15 côtes transversales , et D. pingius n. sp., dont la lèvre extérieure s’étend postérieurement et qui possède c. 10 côtes. En ce qui concerne les néogastropodes mitriformes, les espèces suivantes sont abordées : famille Costellariidae MacDonald, 1860 : Vexillum sp., 607-620 m de profondeur ; Turricostellaria amphissa n. sp., 295 m de profondeur ; T. jukyry n. sp. et T. apyrahi n. sp., toutes les deux 790-1575 m de profondeur ; T. ovir n. sp., 1200 m de profondeur ; Nodicostellaria crassa (Simone, 1995), 240-600 m de profondeur, avec une extension de sa distribution au nord, jusqu’à Espírito Santo ; Austromitra decresca n. sp., 60-105 m de profondeur. Famille Mitridae Swainson, 1829 : Subcancilla joapyra n. sp., 295 m de profondeur ; S. cf. straminea (Adams, 1853), 607-620 m de profondeur. Famille Volutomitridae Gray, 1854 : Microvoluta corona n. sp., 1500-1575 m de profondeur. Famille Mitromorphidae Casey, 1904 : Mitromorpha sama n. sp., 607-940 m de profondeur ; M. mirim n. sp., 60-105 m de profondeur. En ce qui concerne les conoïdes Terebridae, cet article complète une étude antérieure. Une nouvelle espèce est précentée – Terebra assu Simone n. sp., originaire du récif d’Abrolhos, 295 m de profondeur, caractérisée par un contour étroit, une couleur jaunâtre, une sculpture fragile sur les dernières volutes et une protoconque paucispiralée large. Terebra alagoensis Lima, Tenório & Barros, 2007 a été découverte pour la seconde fois, ce qui étend sa distribution géographique d’Alagoas au nord d’Espírito Santo. La systématique du « complexe Terebra doellojuradoi » de la côte sud-américaine est également discutée, et la synonymie entre T. leptapsis Simone, 1999 et T. doellojuradoi Carcelles, 1953 invalidée, au vu des différences observées quant à leur taille, sculpture, angulation de la spire, aperture et principalement au niveau de la protoconque. Les térébrides étudiés ici appartiennent au « complexe Terebra doellojuradoi », constitué d’espèces étroitement apparentées, qui vivent en eau profonde, sont de petite taille, et possèdent un degré d’endémisme relativement élevé.

Mots-clés :

Brésil, expédition MD55, Xenophoridae, Cypraeoidea, mitriforme, Terebridae, eaux profondes, espèces nouvelles.

Télécharger l'article complet au format PDF