Accueil

Bertorsonidra n. gen. (Bryozoa, Cheilostomata) for Tremopora prenanti Gautier, 1955, a rare species from the Mediterranean

Antonietta ROSSO, Francesco SCIUTO & Alessandro SINAGRA

en Zoosystema 32 (3) - Pages 457-467

Publié le 24 septembre 2010

Bertorsonidra n. gen. (Bryozoa, Cheilostomata) pour Tremopora prenanti Gautier, 1955, une espèces rare de la Mer Méditerranée

Le nouveau genre Bertosonidra n. gen. est proposé pour Tremopora prenanti Gautier, 1955, une espèce méditerranéenne de Bryozoaire Cheilostome. La nouvelle description et les premières illustrations réalisées sur cette espèce au microscope électronique à balayage sont essentiellement fondées sur des spécimens vivants recueillis sur des fonds infralittoraux de la Sicile occidentale, mais aussi sur des exemplaires fossiles du Pléistocène inférieur et peut-être du Pliocène, provenant de plusieurs localités de Sicile. Le genre et l’espèce sont caractérisés par une frontale autozoïdale lepraliomorphe percée par des pseudopores et des pores périphériques avec un umbo suboral saillant ; un orifice primaire subcirculaire avec un sinus large et peu profond délimité par des condyles et protégé habituellement par des épines ; une ovicelle saillante avec un entoecium calcifié complètement exposé, orné de tubercules et des pseudopores ; un aviculaire suboral latéral crochu ; et par des piliers basaux calcifiés creux permettant l’adhérence au substrat. Les affinités du nouveau genre avec Robertsonidra Osburn, 1952, caractérisé par une frontale autozoïdale exclusivement percée d’aréoles périphériques, sont discutés. Les auteurs suggèrent la création d’une nouvelle famille Robertsonidridae n. fam., située au sein des Lepraliomorpha, pour accueillir les deux genres Robertsonidra et Bertorsonidra n. gen. Des informations sont apportées sur l’écologie de l’espèce, stable dans le temps, et ses adaptations morphologiques pour la colonisation des substrats algaux, adaptations que Bertorsonidra prenanti n. comb. partage avec des espèces de Robertsonidra et d’autres, dont la position systématique est éloignée.

Mots-clés :

Bryozoaires, Cheilostomata, actuel, Pliocène-Pléistocene, distribution écologique, morphologie fonctionnelle, famille nouvelle, genre nouveau.

Télécharger l'article complet au format PDF