Accueil

Neotropical Monogenoidea. 47. Phylogeny and coevolution of species of Rhinoxenus (Platyhelminthes, Monogenoidea, Dactylogyridae) and their Characiformes hosts (Teleostei, Ostariophysi) with description of four new species

Marcus V. DOMINGUES & Walter A. BOEGER

en Zoosystema 27 (3) - Pages 441-467

Publié le 30 septembre 2005

Monogenoidea néotropicaux. 47. Phylogénie et coévolution des espèces de Rhinoxenus (Plathelminthes, Monogenoidea, Dactylogyridae) et de leurs hôtes Characiformes (Teleostei, Ostariophysi) et description de quatre nouvelles espèces

Huit espèces de Rhinoxenus sont rapportées des cavités nasales de poissons characiformes de la région néotropicale : Rhinoxenus arietinus Kritsky, Boeger & Thatcher, 1988, chez des Anostomidae ; R. bulbovaginatus Boeger, Domingues & Pavanelli, 1995, chez des Characidae ; R. nyttus Kritsky, Boeger & Thatcher, 1988, chez des Anostomidae ; R. piranhus Kritsky, Boeger & Thatcher, 1988, chez des Serrasalminae ; R. anaclaudiae n. sp., chez des Characidae ; R. euryxenus n. sp., chez des Serrasalminae et des Anostomidae ; R. curimbatae n. sp., chez des Prochilodontidae ; et R. guianensis n. sp., chez des curimatidae. De plus, plusieurs espèces indéterminées de Rhinoxenus sont rapportées chez Hydrolicus scomberoides (Cynodontidae). Les hôtes ont été récoltés dans des rivières du Brésil et de Guyane française. L’hypothèse sur les relations phylogénétiques des espèces de Rhinoxenus (C.I. = 66 % ; R.I. = 66 %), basée sur 10 séries de transformations, est : ((R. nyttus, R. curimbatae n. sp.) (R. bulbovaginatus (R. arietinus (R. guianensis n. sp., R. anaclaudiae n. sp. (R. euryxenus n. sp., R. piranhus))))). L’analyse coévolutive suggère que des événements de cospéciation, duplication, dispersion et extinction sont requis pour expliquer l’association hôte-parasite observée. Nous faisons l’hypothèse que l’origine de R. curimbatae n. sp., R. nyttus, R. bulbovaginatus, R. anaclaudiae n. sp. et l’ancêtre de R. piranhus + R. euryxenus n. sp. sont associés à des événements de cospéciation avec des ancêtres de leurs familles d’hôtes respectives. La dispersion avec une spéciation allopatrique subséquente vers les Anostomidae et des Curimatidae semble avoir été associée avec l’origine de R. arietinus et R. guianensis n. sp., respectivement. L’extinction est nécessaire pour expliquer l’absence de Rhinoxenus spp. chez plusieurs autres familles de Characiformes, bien qu’un biais dû à l’échantillonnage ne puisse être écarté.

Mots-clés :

Plathelminthes, Monogenoidea, Dactylogyridae, Ancyrocephalinae, Characiformes, phylogénie, coévolution, nouvelles espèces.

Télécharger l'article complet au format PDF