Accueil

Le genre Seira (Collembola, Entomobryidae) du Yémen continental

Jean-Auguste BARRA

fr Zoosystema 26 (2) - Pages 291-306

Publié le 25 juin 2004

Au cours des années 1990-1998, 51 prélèvements de collemboles ont été réalisés, pour la plupart, dans les montagnes du Yémen continental. La majorité des captures a été faite à la main en frappant la végétation sur un plateau ; mais aussi à l’aide de pièges : pièges lumineux, pièges de Malaise, piègestrappes et d’extraction à sec sur des appareils de type Tullgren. Ce travail ne traite que du genre Seira Lubbock, 1869. Six espèces sont décrites, l’une d’elles Seira eleana Coates, 1968 est connue d’Afrique du Sud, les cinq autres sont de nouvelles espèces : Seira polysperes n. sp., S. jacquemarti n. sp., S. yemenensis n. sp., S. humberti n. sp. et S. sanaaensis n. sp. Seira polysperes n. sp. est caractérisée par sept soies mésothoraciques internes (zone 3A), une forte pilosité sur le tube ventral antérieur et une pigmentation variable qui ne s’inscrit pas dans les variations d’une espèce proche, Seira ferrarii Parona, 1888. Seira jacquemarti n. sp. se caractérise par sept macrochètes mésothoraciques sur la zone 1 (A + B) et par huit macrochètes abdominales sur la zone a, sur ces points la nouvelle espèce se différencie de Seira deserti Jacquemart, 1974. Seira yemenensis n. sp. ne porte pas de macrochètes sur l’Abd. I, de plus, elle présente une chétotaxie dorsale appauvrie. La pigmentation spécifique la sépare aisément des autres espèces. Seira humberti n. sp. possède une chétotaxie importante, la présence de 5 + 5 macrochètes sur l’Abd. I la distingue des espèces européennes avec des soies plus nombreuses sur ce segment. Seira sanaaensis n. sp. présente 5 + 5 macrochètes sur la zone c de l’Abd. IV, ce caractère et la faible pigmentation la différencient d’une espèce proche, Seira ferrarii Parona, 1888.

Mots-clés :

Collembola, Entomobryidae, Seira, République du Yémen, nouvelles espèces.

Télécharger l'article complet au format PDF