Accueil

Phylogeny of the Megascolecidae and Crassiclitellata (Annelida, Oligochaeta): combined versus artitioned analysis using nuclear (28S) and mitochondrial (12S, 16S) rDNA

Barrie G. M. JAMIESON, Simon TILLIER, Annie TILLIER, Jean-Lou JUSTINE, Edmund LING, Sam JAMES, Keith MCDONALD & Andrew F. HUGALL

en Zoosystema 24 (4) - Pages 707-734

Publié le 27 décembre 2002

Phylogénie des Megascolecidae et Crassiclitellata (Annelida, Oligochaeta) : analyse combinée contre analyse partitionée, utilisant l'ADNr nucléaire (28S) et mitochondrial (12S, 16S)

Chez les oligochètes mégascolécoides, une analyse de l'ADNr nucléaire (28S) et mitochondrial (12S et 16S), utilisant la parcimonie et la vraisemblance, le soutien des partitions et les tests de taux de vraisemblance, indique que toutes les classifications supragénériques des Megascolecidae sont incompatibles avec les données moléculaires. Les deux jeux de données, nucléaire et mitochondrial, peuvent présenter des incompatibilités historiques ou méthodologiques et nous explorons donc l'effet du soutien et du conflit sur les mesures, à trois niveaux : 1) analyses séparées ; 2) combinaison des données avec un seul modèle ; et 3) combinaison des soutiens pour des topologies en compétition en utilisant des modèles séparés. La puissance de résolution est identifiée par le soutien des partitions, le consensus, et quatre tests de taux de vraisemblance en compétition. L'analyse combinée identifie le soutien caché et le conflit ; des modèles plus complexes réduisent ce conflit, probablement parce qu'ils suppriment une hétérogénéité dynamique et produisent un consensus mieux résolu. Ceci est incompatible avec les classifications morphologiques, qui sont plus ou moins rejetées en fonction du test de taux de vraisemblance utilisé. La congruence et le soutien de pouvoir combiné soutiennent nos conclusions : la plupart des groupements ont été basés sur des homoplasies, par exemple l'origine multiple des prostates racémeuses et de la méronéphridie de « type Dichogastrinae ». La classification largement utilisée des Megascolescidae non-Ocnerodrelinae en trois groupes (Acanthodrilidae, avec prostate tubulaire et holonéphridie ; Octochaetidae, avec prostate tubulaire et méronéphridie ; Megascolescidae, avec prostate racémeuse) n'est pas soutenue par les données moléculaires. La monophylie des Crassiclitellata Jamieson, 1988, oligochètes avec un clitellum à plusieurs couches, est confirmée. Les résultats fournissent des arguments pour l'inclusion des branchiobdellides et des hirudinées dans les oligochètes.

Mots-clés :

Annelida, Oligochaeta, Clitellata, Crassiclitellata, Megascolecidae, systématique moléculaire, maximum de vraisemblance, consensus, tests paramétriques.

Télécharger l'article complet au format PDF