Accueil

Description of a new lithistid sponge from northeastern New Zealand, and consideration of the phylogenetic affinities of families Corallistidae and Neopeltidae

Michelle KELLY

en Zoosystema 22 (2) - Pages 265-283

Publié le 30 juin 2000

Description d'une nouvelle éponge lithistide du nord-est de la Nouvelle-Zélande et remarques sur les affinités phylogénétiques des familles Corallistidae et Neopeltidae

Homophymia stipitata n. sp., provenant de bancs du plateau continental au large du nord-est de la Nouvelle-Zélande, est décrite et comparée avec l’holotype du genre, H. lamellosa Vacelet & Vasseur, 1971 de Madagascar. Les caractères morphologiques diagnostiques de Homophymia sont revus, complétés et comparés à ceux de Callipelta Sollas, 1888, Macandrewia Gray, 1859 et Daedalopelta Sollas, 1888 dans la famille des lithistides dicranocladinides Corallistidae. Un ensemble de caractères morphologiques liant ces genres les uns aux autres et à Neopelta Schmidt, 1880 actuellement classé dans la famille monogénérique de dicranocladinides Neopeltidae, est identifié. Deux caractères majeurs identifient ce groupe : la possession de desmes mégarhizoclones monocrépides avec un remarquable crepis court visible dans l’épirhabde et des desmes ectosomiques modifiés ressemblant à des triaenes. Ces pseudotriaenes ont un pseudorhabde court irrégulièrement épaissi, incluant généralement le crepis, et les pseudoclades sont discoïdes ou divisés plusieurs fois. Ces desmes ectosomiques sont granulaires et apparaissent pourvus d’une moelle, ainsi que les desmes choanosomiques. Ils sont dépourvus des canaux axiaux typiques des triaenes. Les microsclères sont des amphiasters épineux. Homophymia, Callipelta, Macandrewia et Daedalopelta se distinguent nettement des autres genres de Corallistidae (Corallistes Schmidt, 1870 ; Herengeria Lévi & Lévi, 1988 ; Iouea Laubenfels, 1955 et les genres fossiles du Crétacé Gignouxia Moret, 1926 ; Phrissospongia Moret, 1926 ; Procorallistes Schrammen, 1901), qui ont des desmes dicranoclones arqués, des triaenes à long rhabde, et deux tailles de streptasters en forme de spirasters. L’ensemble des familles Corallistidae et Neopeltidae est réévalué et des arguments sont donnés pour le transfert d’Homophymia, Callipelta, Macandrewia et Daedalopelta dans la famille Neopeltidae.

Mots-clés :

Porifera, Corallistidae, Neopeltidae, lithistide, Homophymia, Callipelta, Macandrewia, Daedalopelta, Neopelta.

Télécharger l'article complet au format PDF