Accueil

L’identification syntaxonomique dans les démarches de gestion et/ou de restauration d’espaces naturels en France : pour ou contre ?

Yves MEINARD & Gilles THÉBAUD

fr Naturae 2019 (6) - Pages 165-173

Publié le 03 juillet 2019

Une « identification syntaxonomique » est une opération rapportant les différentes végétations présentes dans une aire d’étude à une identité syntaxonomique la plus précise possible. L’identification syntaxonomique est omniprésente dans les démarches de gestion des espaces naturels et semi-naturels dans l’hexagone, depuis la gestion des sites Natura 2000 jusqu’à celle des Espaces naturels sensibles et des Réserves Naturelles, et la demande de réalisation de cette opération par les gestionnaires et porteurs de projets est croissante. Cette omniprésence apparaît, de prime abord, entièrement justifiée, car la végétation est reconnue comme étant un très bon intégrateur des conditions écologiques, à même d’apporter des informations (certes non exhaustives, mais capitales), non seulement sur la biodiversité, mais également sur le fonctionnement écologique et sur les pressions subies par les biocénoses. Malheureusement, les outils et connaissances à disposition pour réaliser des identifications syntaxonomiques sont aujourd’hui en France insuffisants et inadaptés, et les pratiques actuelles sont grevées par une confusion majeure : elles utilisent comme seuls outils d’identification des listes d’espèces, qui sont des outils de description, non des outils d’identification autosuffisants. En conséquence, dans les conditions actuelles en France, nous défendons qu’il est souhaitable que les gestionnaires et maîtres d’ouvrage de projets de préservation/restauration évitent de faire appel à des identifications syntaxonomiques. À plus long terme, il serait évidemment souhaitable que les conditions soient réunies pour rendre possible la réalisation d’identifications syntaxonomiques rigoureuses dans les cadres susmentionnés. Pour cela, le travail d’établissement et de mise en accès libre de bases de données phytosociologiques est un chantier qui, sans être à lui seul suffisant, revêt une importance capitale.

Mots-clés :

Phytosociologie, identification, méthodologie, lacunes de connaissances, bases de données.

Télécharger l'article complet au format PDF