Accueil

Habitats et dynamiques de végétation en ubac du Mont-Ventoux – Étude de la Réserve biologique intégrale

Laure MARTIN-GOUSSET, Jérémy TERRACOL & Jean-Pierre ROUX

fr Naturae 2019 (5) - Pages 113-164

Publié le 29 mai 2019

Le territoire de la Réserve biologique intégrale (RBI) du Mont-Ventoux, en grande partie déboisé au milieu du XIXe siècle, constitue un exemple de la reforestation conduite à partir de 1860-1880 dans les Alpes du Sud. Les défrichements, pratiqués durant des siècles, et les opérations de reboisement qui leur ont succédé, ont façonné la végétation, sous la forme d’une marqueterie assemblant habitats naturels de Hêtre (Fagus sylvatica L.) et de Sapin pectiné (Abies alba Mill.), plantations en espèces locales, plantations d’essences exotiques, fruticées à Buis, rochers et éboulis. Tous ces types d’habitats ont fait l’objet d’un patient travail de cartographie, reproduisant, à partir de nombreux relevés floristiques et phytosociologiques, la disposition des habitats dans leurs dimensions horizontale (juxtaposition) et verticale (empilement en strates). Mise en regard des nombreuses descriptions et cartographies de la végétation du Mont-Ventoux, l’étude des habitats de la RBI a cela de nouveau qu’elle s’appuie sur des référentiels scientifiques partagés et qu’elle atteint, grâce à l’utilisation d’outils récents, une précision inégalée (représentation au 1/2500e). De ce fait, la cartographie obtenue peut être considérée comme l’état zéro des habitats de la RBI. Il en ressort que cette dernière abrite 25 types d’habitats différents dont dix d’intérêt communautaire. Formations forestières et milieux rupicoles occupent presque tout l’espace, laissant peu de place aux fruticées et, moins encore, aux pelouses. D’importants phénomènes sont à l’œuvre depuis un demi-siècle qui transforment peu à peu les milieux de la RBI : dépérissement des sapins sous l’effet de contraintes climatiques de plus en plus sévères, colonisation des milieux ouverts par les essences pionnières, ouverture et fermeture de couloirs d’avalanches au fil des décennies, développement de régénérations naturelles sous les peuplements forestiers en place. En bref, ces changements vont, selon toute vraisemblance, se traduire par l’extension des milieux forestiers, par le remplacement d’une partie des plantations par des formations autochtones (hêtraies en particulier) et par la rétractation de l’aire des sapinières. L’étude de la végétation de la RBI, depuis l’état des lieux avant-reboisement jusqu’à aujourd’hui, suivant différentes méthodes, permet d’en retracer les évolutions, sous forme descriptive et cartographique, sur une durée de 130 ans. La vue synoptique ainsi offerte, jusqu’alors inusitée, améliore la connaissance générale de la végétation du Mont-Ventoux.

Mots-clés :

Cartographies de la végétation, dépérissement du Sapin pectiné, colonisation naturelle, évolutions climatiques.

Télécharger l'article complet au format PDF