Accueil

La Réserve biologique intégrale du Mont-Ventoux, un espace d’étude des écosystèmes forestiers hors sylviculture

Jérémy TERRACOL, Gilles BLANC, Lilian MICAS, Éric DIAZ, Gérald GRUHN & Hubert VOIRY

fr Naturae 2017 - Pages 1-28 (Naturae-5)

Publié le 29 mars 2017

Cet article présente les premiers résultats des inventaires des peuplements forestiers, de l’avifaune nicheuse, des Insectes saproxyliques et des Champignons (2007-2014). La Réserve biologique intégrale (RBI) du Mont-Ventoux, instituée en 2010, constitue un terrain d’étude privilégié du fait de la variété des milieux qu’elle abrite, à la croisée des influences alpines et méditerranéennes. C’est pourquoi l’Office national des Forêts (ONF) a planifié et appliqué un programme d’études portant sur différents compartiments de la biodiversité parmi lesquels les formations forestières, les Oiseaux, les Coléoptères saproxyliques et les Champignons font l’objet d’un exposé des résultats. L’analyse de l’inventaire des peuplements forestiers fait ressortir la richesse de la RBI en matière de structures forestières ; peuplements très âgés (plus de quatre siècles pour les plus vieux), peuplements récents issus de reboisements et milieux ouverts plus ou moins colonisés sont fortement imbriqués. Cette mosaïque de formations explique l’intérêt écologique du site de la RBI aussi bien en termes de rareté que de diversité des espèces observées que confirment les nombreuses données d’ores et déjà recueillies et traitées. Parmi les espèces les plus rares, on peut citer, entre autres, pour les Oiseaux, la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus (Linnaeus, 1758)) et le Monticole de roche (Monticola saxatilis (Linnaeus, 1758)), pour les Coléoptères, Podeonius acuticornis (Germar, 1824) de la famille des Elateridae Leach, 1815 et Drymochares truquii Mulsant, 1847 de la famille des Cerambycidae Latreille, 1802, et pour les Champignons, Oligoporus hydnoidea G. Gaarder & Ryvarden et Sidera lunata (Romell ex Bourdot & Galzin) K.H. Larsson, deux espèces inconnues jusqu’alors en France.Au-delà d’une meilleure connaissance des différents groupes inventoriés, la présente étude a mis en lumière certaines influences des peuplements forestiers ou des facteurs du milieu sur la diversité spécifique. Il apparaît ainsi que la répartition des populations d’oiseaux est fortement conditionnée par l’altitude et par la présence de grandes étendues asylvatiques. Quant aux Coléoptères saproxyliques et aux Champignons, leur diversité peut être reliée à certaines caractéristiques des peuplements forestiers. Les peuplements de Hêtre et de Sapin pectiné, riches en gros bois morts et en gros bois dépérissant, sont très favorables au développement de ces deux groupes. Dans le cas des Champignons, le mélange d’essences et la présence de très gros bois morts (plus de 50 cm de diamètre) constituent des facteurs d’accroissement de la diversité. D’après les volumes de bois mort, la RBI du Mont-Ventoux se trouve actuellement à un seuil entre forêt gérée et forêt subnaturelle. À cette aune, il est vraisemblable que les cortèges d’espèces évolueront dans les décennies à venir, et d’autant plus vite que les changements climatiques, quels qu’ils soient, seront très perceptibles dans ce secteur en limite d’aires biogéographiques. La RBI du Mont-Ventoux doit donc continuer à être un laboratoire pour acquérir, de manière coordonnée, des connaissances sur l’évolution des écosystèmes forestiers laissés hors sylviculture et sur leur fonctionnement.

Mots-clés :

Évolution naturelle, forêt ancienne, bois mort, structuration de la diversité écologique, évolutions climatiques.

Télécharger l'article complet au format PDF