Accueil

High biodiversity in Polychelida crustaceans from the Jurassic La Voulte-sur-Rhône Lagerstätte

Denis AUDO, Günter SCHWEIGERT, Jean-Paul SAINT MARTIN & Sylvain CHARBONNIER

en Geodiversitas 36 (4) - Pages 489-525

Publié le 26 décembre 2014

Une importante biodiversité des crustacés Polychelida du Lagerstätte jurassique de La Voulte-sur-Rhône

Le Lagerstätte de La Voulte-sur-Rhône (Jurassique moyen) livre une communauté bathyale très bien conservée et présentant une forte biodiversité dominée par les arthropodes. Les crustacés Polychelida Scholtz & Richter, 1995 y sont particulièrement abondants et initialement représentés par Eryon ellipticus Van Straelen, 1923, Proeryon giganteus (Van Straelen, 1923), Hellerocaris falloti (Van Straelen, 1923), et Willemoesiocaris ovalis (Van Straelen, 1923). Cette nouvelle étude révèle l’existence de deux nouveaux genres et de trois espèces nouvelles : Voulteryon parvulus n. gen., n. sp., Cycleryon romani n. sp., qui est l’espèce la plus ancienne de ce genre, et Adamanteryon fourneti n. gen., n. sp., un Polychelida énigmatique aux affinités demeurant incertaines. Le genre Proeryon Beurlen, 1928 est également révisé afin de résoudre un problème d’homonymie, ce qui nous conduit à proposer le nom de remplacement Proeryon zehentbaueri pro Proeryon giganteus Beurlen, 1930, non Proeryon giganteus (Van Straelen, 1923). Ces nouveaux résultats montrent que la communauté de Polychelida de La Voulte est la première en terme de diversité familiale (trois familles) et générique (sept genres), et la seconde en terme de diversité spécifique (sept espèces), juste derrière le Jurassique supérieur du Lagerstätte d’Eichstätt (huit espèces). Grâce à la tomographie aux rayons X, des caractères anatomiques encore jamais observés sont décrits, tels que les appendices thoraciques chez Proeryon giganteus et Hellerocaris falloti. Chez Hellerocaris falloti, la mise en évidence de ces appendices semble indiquer qu’il s’agit d’une des espèces fossiles les plus proches des polychelidés actuels.

 

Mots-clés :
Eryonidae, Polychelidae, Coleiidae, Callovian, palaeoecology, bathyal, palaeoenvironment, nodule, new genera, new species.
Télécharger l'article complet au format PDF