Accueil

Messinian rodents from Moncucco Torinese, NW Italy: palaeobiodiversity and biochronology

Simone COLOMBERO, Giulio PAVIA & Giorgio CARNEVALE

en Geodiversitas 36 (3) - Pages 421-475

Publié le 26 septembre 2014

Rongeurs messiniens de Moncucco Torinese, NW Italie: paléobiodiversité et biochronologie

Les rongeurs des gisements du Messinien supérieur de Moncucco Torinese (MCC) (Piémont, NW Italie) sont décrits. Analyses biostratigraphiques indiquent que les gisements de MCC se corrèlent à la phase post-évaporitique de la Crise de salinité messinienne (5,40 à 5,33 Ma). Treize espèces des rongeurs appartenant aux familles de Cricetidae Fischer, 1817, Muridae Illiger, 1811, Gliridae Thomas, 1897 et Sciuridae Fischer, 1817 ont été reconnues sur la base de 1177 dents. L’apparition de Centralomys benericettii (De Giuli, 1989), Paraethomys meini (Michaux, 1969) et Apodemus gudrunae van de Weerd, 1976 permet de comparer MCC avec d’autres localités du nord de l’Italie du Messinien terminal, comme Brisighella et Verduno. Les assemblages de rongeurs décrits et, plus particulièrement les taxons A. gudrunae, Muscardinus vireti Hugueney & Mein, 1965 et Glirulus lissiensis Hugueney & Mein, 1965, suggèrent que les gisements de MCC peuvent être attribués au Turolien supérieur, (MN13). Par ailleurs, la présence d’espèces communément trouvées dans les localités du Pliocène de l’Europe occidentale et centrale (Occitanomys brailloni Michaux, 1969, Micromys bendai van de Weerd, 1979, Neocricetodon magnus (Fahlbusch, 1969) and Sciurus warthae Sulimski, 1964) indique que certains éléments des faunes rusciniennes étaient déjà présents à la fin du Miocène au moins dans centre-sud de l’Europe. Les assemblages de rongeurs MCC comprennent aussi Apodemus atavus Heller, 1936, Eliomys aff. intermedius Friant, 1953, Glis minor Kowalski, 1956 et Pliopetaurista pliocaenica (Depéret, 1897). Globalement, ces assemblages élargissent remarquablement notre connaissance sur les communautés de rongeurs du Miocène supérieur de l’Italie, en fournissant également des données utiles pour l’interprétation des relations biogéographiques entre l’Europe occidentale et orientale à la fin du Messinien.

Mots-clés :
Rodentia, Turolien, Messinien supérieur, Italie.
Télécharger l'article complet au format PDF