Accueil

Hypolagus balearicus Quintana, Bover, Alcover, Agustí & Bailon, 2010 (Mammalia: Leporidae): new data from the Neogene of Eivissa (Balearic Islands, Western Mediterranean)

Josep QUINTANA CARDONA & Blanca MONCUNILL-SOLÉ

en Geodiversitas 36 (2) - Pages 283-310

Publié le 27 juin 2014

Hypolagus balearicus Quintana, Bover, Alcover, Agustí & Bailon, 2010 (Mammalia: Leporidae): nouvelles données du Néogène d’Eivissa ( Îles Baléares: Méditerranée occidentale)

Les nouveaux restes d’Hypolagus balearicus Quintana, Bover, Alcover, Agustí & Bailon, 2010 provenant de Ses Fontanelles (Ibiza) fournissent de nouvelles informations concernant ce léporidé du Pliocène inférieur endémique de Majorque et d’Ibiza (îles Baléares, ouest de la Méditerranée). La masse corporelle de H. balearicus s’étend de 1.3 à 2,7 kg., ce qui est faible comparé à d’autres espèces du même genre. Le crâne d’H. balearicus est proportionnellement court et présente des orbitaux plus petits que ceux d’Oryctolagus cuniculus (Linnaeus, 1758). Sur le squelette postcrânien, usuellement conservateur chez les léporidés, la morphologie particulière du coude est remarquable (avec des crêtes et des fosses à profil doux) et sa longueur en relation avec le diamètre transversal et avec la longueur du humérus ; cela donne des proportions similaires à celles du lapin Amami Pentalagus furnessi (Stone, 1900) des îles Amami-Oshima et Tokuno-Shima (Japon). En revanche , la diaphyse du cube montre une robustesse comparable à celle observée chez quelques léporidés continentaux des genres Pronolagus Lyon, 1904 et Caprolagus Blyth, 1845. En raison de la plutôt petite taille de l’échantillon et de l’information donnée, nous proposons deux hypothèses alternatives pour expliquer les traits caractéristiques de l’avant membre d’H. balearicus : a) il s’agit d’un léporidé évolué sous conditions d’insularité ; ou b) les traits sont le résultat d’une adaptation à des conditions écologiques particulières, et pas nécessairement à une île au sens classique du mot. Les différences observées entre cette espèce (la morphologie du p3 et aussi les traits caractéristiques de l’avant membre) et d’autres espèces du genre Hypolagus Dice, 1917 sont probablement indicatives de la position taxonomique particulière de ce taxon.

 

Mots-clés :
Épisode régressif du Messinien, Pliocène inférieur, faunes insulaires précoces, dépôt karstique, processus de colonisation, modèle biogéographique.
Télécharger l'article complet au format PDF