Accueil

Partial articulated specimen of the Early Devonian putative chondrichthyan Polymerolepis whitei Karatajūtė-Talimaa, 1968, with an anal fin spine

Gavin F. HANKE, Mark V. H. WILSON & Fernand J. SAURETTE

en Geodiversitas 35 (3) - Pages 529-543

Publié le 27 septembre 2013

Un nouveau spécimen, partiellement articulé avec présence d’une épine anale, de Polymerolepis whitei Karatajūtė-Talimaa, 1968, un supposé chondrichthyen du Dévonien inférieur

La description de Polymerolepis whitei Karatajūtė-Talimaa, 1968 a été réalisée à partir d’écailles isolées trouvées en Ukraine, et alors rapportées à un hétérostracé (Agnatha). Plus tard, d’autres écailles ont été décrites, et la présence de canaux dans le collet a induit le rattachement de P. whitei aux bradyodontes holocéphales, ses écailles étant semblables à celles de Listracanthus Newberry & Worthen, 1870. Jusqu’à maintenant, aucun fossile articulé n’était connu et, pour cette raison, la classification de ce taxon demeurait incertaine et n’était appuyée que par l’opinion de l’auteur original. De nouveaux spécimens de P. whitei, provenant des montagnes Mackenzie, aux Territoires du Nord-Ouest, Canada, possèdent des écailles articulées dans la région céphalique ; le spécimen le mieux conservé présente une partie de la nageoire anale, le pédoncule caudal et la nageoire caudale. Ce nouveau matériel confirme la description originale quant à la variation des écailles, et démontre également que P. whitei possède une épine sur la nageoire anale, caractère habituellement considéré comme une synapormorphie des acanthodiens parmi les vertébrés paléozoïques. Plusieurs des premiers chondrichthyens (Obtusacanthus Hanke & Wilson, 2004; Lupopsyroides Hanke & Wilson, 2004; Kathemacanthus Gagnier & Wilson, 1996; Seretolepis Karatajūtė-Talimaa, 1968; Doliodus Traquair, 1893; Antarctilamna Young, 1982, ainsi que certains taxons problématiques tels que Gyracanthides Woodward, 1902 et maintenant Polymerolepis Karatajūtė-Talimaa, 1968) sont identifiés à partir de restes articulés et présentent un appariement épine-nageoire similaire à celui connu chez les acanthodiens. Ils ont aussi des écailles placoïdes, ou écailles polyodontodes, qui ont une croissance par accrétion linéaire plutôt que superposée. Ces quelques taxons rendent floue la distinction historique entre les acanthodiens et les premiers chondrichthyens.

Mots-clés :

Dévonien inférieur, Lochkovien, chondrichthyen, Bradyodonti

Télécharger l'article complet au format PDF