Accueil

Les tortues du Pliocène d’Ahl al Oughlam (Casablanca, Maroc) et de localités mio-pliocènes avoisinantes

Saloua GMIRA, France de LAPPARENT de BROIN, Denis GERAADS, David LEFÈVRE, Abderrahim MOHIB & Jean-Paul RAYNAL

fr Geodiversitas 35 (3) - Pages 691-733

Publié le 27 septembre 2013

Le gisement pliocène supérieur d’Ahl al Oughlam (Casablanca, Maroc) a livré une faune de tortues cryptodires Testudinoidea, toutes affines de formes actuelles représentées en Afrique. Deux espèces terrestres et une amphibie sont reconnues. La première est une nouvelle petite espèce du genre paléarctique Testudo Linnaeus, 1758, T. oughlamensis n. sp., apparentée à T. kenitrensis Gmira, 1993, du Pléistocène moyen de Kenitra (Maroc) avec laquelle elle constitue un nouveau clade au sein du genre. Elle est comparée à de nouveaux restes de Testudo de localités voisines et d’âge proche dont Dehar Mouak et Ar Rehamna. La seconde, ?Centrochelys marocana n. sp., est probablement apparentée à la forme actuelle C. sulcata (Miller, 1779), mais c’est une espèce géante. Le plus ancien représentant du genre au Maroc, provenant du gisement miocène supérieur/pliocène inférieur voisin de Lissasfa, est aussi examiné. Des comparaisons sont faites avec les grandes formes européennes et nord-africaines du Miocène à l’actuel. L’espèce d’eau douce, proche de l’espèce actuelle Mauremys leprosa (Schweigger, 1812), constitue le plus ancien représentant de ce genre, également paléarctique, au Maroc. La faune de tortues d’Ahl al Oughlam et de ses environs montre l’ancienneté au Maroc des trois genres actuels impliqués. Leur origine géographique est considérée.

Mots-clés :

Pliocène, Miocène, Centrochelys, Testudo, Mauremys, Testudinoidea, Chelonii, espèces nouvelles

Télécharger l'article complet au format PDF