Accueil

First identification of the genus Argyrosomus (Teleostei, Sciaenidae) in Neogene African outcrops

Olga OTERO, Philippe BÉAREZ & Thodoris ARGYRIOU

en Geodiversitas 35 (1) - Pages 49-65

Publié le 29 mars 2013

Première identification du genre Argyrosomus (Teleostei, Sciaenidae) dans des sites néogènes africains.

Des restes fossiles désarticulés d’un même perciforme indéterminé ont été décrits dans des dépôts néogènes d’Afrique en Libye (Miocène supérieur de Sahabi) et en Namibie (Miocène moyen d’Arrisdrift), puis d’Allemagne (Miocène inférieur de Langenau). Associés à des faunes à dominante ou strictement dulçaquicoles, ils étaient supposés d’eau douce. Cependant, leur distribution était difficile à expliquer et leur comparaison avec les ichtyo-taxons d’eau douce ne permettait de les attribuer ni à un genre, ni même à une famille connus. Par comparaison à des perciformes marins, la révision des fossiles africains a permis de les attribuer au genre Argyrosomus De La Pylaie, 1835 (Teleostei, Sciaenidae) ou « Maigre ». Seuls l’obtention de matériel fossile supplémentaire et une étude poussée de l’ostéologie des espèces actuelles permettraient éventuellement une attribution au niveau spécifique de ce matériel osseux. Ces fossiles africains et ceux de Langenau constituent la totalité du registre fossile osseux du genre Argyrosomus, qui était par ailleurs déjà connu par des otolithes dans des niveaux miocènes d’Europe (Méditerranée et Paratéthys). Ces poissons marins, aujourd’hui présents le long des côtes européennes et africaines (et aussi asiatiques et ouest-pacifiques), voient certains de leurs représentants envahir régulièrement les estuaires et les cours d’eau côtiers. Notre identification de restes osseux désarticulés complète le registre fossile d’Argyrosomus . Elle nous permet de dater leur présence le long des côtes ouest africaines depuis au moins le Miocène moyen et nous indique que leur affinité à l’eau douce existe déjà au Miocène inférieur.

Mots-clés :

Sciaenidae, Argyrosomus, Os fossiles, Miocène, Afrique, eau douce

Télécharger l'article complet au format PDF