Accueil

Machaeracanthus goujeti n. sp. (Acanthodii) from the Lower Devonian of Spain and northwest France, with special reference to spine histology

Héctor BOTELLA, Carlos MARTÍNEZ-PÉREZ & Rodrigo SOLER-GIJÓN

en Geodiversitas 34 (4) - Pages 761-783

Publié le 28 décembre 2012

Machaeracanthus goujeti n. sp. (Acanthodii) du Dévonien inférieur d’Espagne et du Nord-Ouest de la France, avec une attention particulière sur l’histologie des épines.

Nous décrivons ici une nouvelle espèce d’acanthodien machaeracanthide (Machaeracanthus goujeti n. sp.) sur la base d’aiguillons, d’écailles et de scapulocoracoïdes isolés du Dévonien inférieur (Lochkovien-Praguien) de la Formation Nogueras (Celtibérie, Espagne). Ce nouveau taxon comprend un fragment d’aiguillon ainsi que des écailles isolées provenant du Dévonien inférieur du nord de l’Espagne (Palencia et Cordillère Cantabrique) et du Nord-Ouest de la France (Saint-Cénéré) qui avaient été attribués originellement à Machaeracanthus sp. Les aiguillons de M. goujeti n. sp. se divisent en deux morphotypes en concordance avec le modèle d’aiguillons pectoraux pairs s’articulant sur la ceinture pectorale, comme déjà établi pour M. hunsrueckianum Südkamp & Burrow, 2007, M. longaevus Eastman, 1907 et M. sulcatus Newberry, 1857. La forme et la taille des aiguillons de M. goujeti n. sp. se distinguent de celles de l’espèce contemporaine M. bohemicus Barrande, 1872; le nouveau taxon ressemble plus à l’espèce plus récente M. peracutus Newberry, 1857. Les aiguillons de M. goujeti n. sp. se composent de couches de dentine lamellaires et trabéculaires formant la paroi de l’axe central (percé d’une cavité pulpaire longitudinale), ainsi que les expansions latérales. Les couches de dentine les plus superficielles ont été déposées de façon centrifuge dans tout l’aiguillon ; cette condition se retrouve dans les aiguillons de certains chondrichthyens et contraste avec celle observée chez les aiguillons d’acanthodiens « typiques », où la partie libre de l’aiguillon est ornementée de côtes et montre une croissance centripète de la dentine. Des aiguillons et ceintures pectorales de très petites tailles constituent la première occurrence de spécimens juvéniles de Machaeracanthus Newberry, 1857. La partie distale de ces épines juvéniles ne montre pas d’expansions laterales (quille et aile) et démontre ainsi l’absence de ces structures dans les premiers stades de développement.

Mots-clés :

Machaeracanthus, Aiguillons pectoraux, Acanthodiens, Lochkovien-Praguien, Celtiberie, Espagne, espèce nouvelle

Télécharger l'article complet au format PDF