Accueil

Temporal changes in biotic and abiotic composition of shallow-water carbonates on submerged seamounts in the northwestern Pacific Ocean and their controlling factors

Hideko TAKAYANAGI, Yasufumi IRYU, Motoyoshi ODA, Tokiyuki SATO, Shun CHIYONOBU & Akira NISHIMURA

en Geodiversitas 34 (1) - Pages 189-217

Publié le 30 mars 2012

Évolution au cours du temps de la composition bioclastique ou azoïque de sédimentscarbonatés peu profonds, prélevés sur quelques monts sous-marins du nord-ouest del’océan Pacifique, et analyse des facteurs de contrôle

Nous décrivons la lithologie de séries carbonatées de faible profondeur mais d’âges variés, Crétacé à Pléistocène, prélevés grâce à un appareil de forage en eau profonde sur 29 sites répartis sur 24 monts sous-marins du nord-ouest de l’océan Pacifique. Les dépôts étudiés peuvent être classés en trois catégories selon leur âge et leur composition : Crétacé, Éocène-?Oligocène inférieur, Oligocène-Pléistocène. Les dépôts de type « Crétacé » se caractérisent par leur richesse en mollusques (dont les rudistes), petits foraminifères benthiques, micro-encroûtements, allochems non-bioclastiques (tels que péloïdes, cortoïdes et intraclastes) et produits microbiens. La plupart de ces constituants ont été micritisés et présentent une épaisse enveloppe micritique. Les dépôts de type « Éocène » se caractérisent par l’abondance en grands foraminifères benthiques, fragments d’Halimeda, algues corallines articulées ou non, bryozoaires et algues dasycladales. Les coraux scléractiniaires sont très peu abondants. Les dépôts de type « Oligocène-Pleistocène » diffèrent peu des dépôts éocènes, si ce n’est qu’ils sont beaucoup plus riches en coraux scléractiniaires et d’algues corallines inarticulées. Les coraux, les algues corallines inarticulées et Halimeda, qui ont la propriété de faire précipiter des carbonates dans des espaces ouverts à semiouverts, à l’extérieur ou à l’intérieur (dépôts intra-tissulaires) de leur corps sont les composants dominants des types « Éocène » et « Oligo-Pléistocène ». Par contre, les dépôts de type « Crétacé » contiennent relativement plus de carbonates extra-tissulaires (précipités dans des espaces relativement libres présents à l’extérieur des organismes, comme les rudistes, voire les microbialites et les ooïdes). En général, les changements de composition des constituants sédimentaires majeurs au sein de l’« usine à carbonates » relèvent de variations locales du milieu, tels les apports en nutriments, mais aussi de facteurs plus généraux, tel le chimisme des eaux marines de surface. Dans le cas présent, il apparaît que les variations temporelles dans les flux de dépôt des carbonates marins étudiés ne dépendent pas obligatoirement des seules conditions climatiques, mais que le volcanisme et la tectonique ont eu un rôle majeur dans la formation de ces récifs et plates-formes carbonatées.

Mots-clés :

carbonate peu profond, mont sous-marin, nord-ouest de l’océan Pacifique, chimie de l’eau de mer, Crétacé supérieur, Cénozoïque

Télécharger l'article complet au format PDF