Accueil

Environnements sédimentaires de la Saoura-Ougarta (Sahara Nord-Ouest, Algérie) au Dévonien inférieur (Lochkovien supérieur pro parte-Emsien)

Abdelkader OUALI MEHADJI, Khireddine Fayçal Tewfik ATIF, Boumediene BOUTERFA, Jean-Pierre NICOLLIN & Fatima Zohra BESSEGHIER

fr Geodiversitas 33 (4) - Pages 553-580

Publié le 30 décembre 2011

Le Dévonien inférieur (Lochkovien supérieur p.p à Emsien) de la Saoura-Ougarta offre un exemple de sédimentation mixte de plateforme siliciclastique-carbonatée, dominée par des argiles à intercalations de barres de grès et tempestites calcaires (Formation du Dkhissa) à faune benthique, et d’ensembles argilogréseux à épisodes calcaires (Formation du Teferguenite). Les faciès identifiés permettent de reconnaître la séquence-type qui traduit une rétrogradation suivie d’une progradation. Chaque séquence montre une évolution depuis l’offshore jusqu’au shoreface (membre inférieur), puis de l’offshore jusqu’au foreshore vers le haut (membre supérieur) où s’intercalent quelques niveaux calcaires à litages obliques en creux et à empâtements stromatolithiques. Au-dessus, la Formation du Teferguenite comporte trois épisodes calcaires (barres A, B et C) qui reflètent des changements brutaux des conditions environnementales avec sédimentation sur une rampe carbonatée, dans sa position médiane, interdigitée de phases siliciclastiques. Ces barres calcaires traduisent, dans la Saoura-Ougarta, trois épisodes transgressifs rapides intercalés de phases siliciclastiques en haut niveau marin. La dynamique sédimentaire est largement dominée par celle des tempêtes ; aucune influence continentale directe (fluviatile) n’a été détectée. L’analyse séquentielle montre que chaque épisode calcaire de la Formation du Dkhissa correspond à des tempestites ; en revanche, les barres calcaires de la Formation du Teferguenite reflètent des variations eustatiques. Pour la première fois, les cycles T-R (Ld1, Ld2, Ld3, Ld4 et Md1), tectono-eustatiques, ont été définis et corrélés à des évènements régionaux placés dans un cadre paléogéographique de la plate-forme occidentale saharienne. Enfin, en intégrant les données régionales, nous remarquons que les épisodes transgressifs (barres A, B et C), de la Formation de Teferguenite, coïncident avec une phase d’émersion dans l’Ahnet, correspondant à ce qu’Elmi (1990) a qualifié de loi ou « effet Haug » pour une telle évolution. Ces dépôts de la Formation du Teferguenite s’inscrivent dans une dynamique de type « régression forcée » concomitante à une exondation sur la bordure nord du craton ouest africain (Ahnet-Bled el Massaxe Foum Belrem).

Mots-clés :

Dévonien, Saoura-Ougarta, tempestites, Formation du Dkhissa, Formation Teferguenite, séquences, cycles, "régression forcée"

Télécharger l'article complet au format PDF