Accueil

False teeth: conodont-vertebrate phylogenetic relationships revisited

Susan TURNER, Carole J. BURROW, Hans-Peter SCHULTZE, Alain BLIECK, Wolf-Ernst REIF, Carl B. REXROAD, Pierre BULTYNCK & Godfrey S. NOWLAN

en Geodiversitas 32 (4) - Pages 545-594

Publié le 31 décembre 2010

Des pseudo-dents : une réévaluation des relations phylogénétiques des conodontes et des vertébrés

Une réévaluation des relations phylogénétiques des conodontes est fondée sur de nouvelles preuves. Elle montre que les conodontes ne sont ni des gnathostomes-souches, ni des vertébrés, ni même des crâniates. Un groupe significatif de spécialistes des conodontes a proposé, ou accepté, que ces organismes soient considérés comme des crâniates, une interprétation qui est en train de s’installer en tant que fait avéré. Notre conclusion va à l’encontre de cette tendance ; elle est fondée sur une révision des traits morphologiques traditionnels à la fois des éléments isolés et des assemblages de conodontes, sur les données histologiques et sur une analyse cladistique révisée, ce qui modifie les conclusions de la publication principale qui a promu l’hypothèse selon laquelle les conodontes seraient des vertébrés. Notre étude suggère même que les conodontes n’aient pas été des chordés, mais la démonstration de cette hypothèse va au-delà de l’objectif de cet article. En résumé, chez les conodontes, le degré de céphalisation est faible ; la musculature du tronc a une forme simple en V ; les éléments isolés montrent un tissu blanc avec des cristaux de grande taille, uniques pour ce tissu ; il n’y a pas de squelette dermique incluant les tissus durs caractéristiques des vertébrés tels que l’os, la dentine et l’émail ; il n’y a pas d’odontodes avec leur os et leur système pulpaire unique ; il n’y pas d’éléments paraxiaux disposés de façon segmentée sur le corps, ni d’éléments dermiques aux nageoires médianes. Tout cet ensemble de caractères ne permet pas d’argumenter des affinités entre conodontes et vertébrés ou crâniates.

Mots-clés :

Chordata, Craniata, animal-conodonte, codage des caractères, analyse cladistique, paléohistologie

Télécharger l'article complet au format PDF