Accueil

Anatomy of Haplomastodon chimborazi (Mammalia, Proboscidea) from the late Pleistocene of Ecuador and its bearing on the phylogeny and systematics of South American gomphotheres

Marco P. FERRETTI

en Geodiversitas 32 (4) - Pages 663-721

Publié le 31 décembre 2010

Anatomie de Haplomastodon chimborazi (Mammalia, Proboscidea) du Pléistocène supérieur de l’Équateur et ses implications sur la phylogénie et sur la systématique des gomphothères de l’Amérique du Sud

La révision du matériel du Pléistocène tardif de Bolivar, Équateur, associé à Haplomastodon chimborazi (Proaño, 1922), et sa comparaison avec les autres gomphothères trilophodontes du Nouveau Monde, fournissent des données morphologiques inédites permettant de développer une nouvelle hypothèse phylogénétique pour les proboscidiens d’Amérique du Sud (SA). Haplomastodon Hoffstetter, 1950 comprend une seule espèce SA dont le nom valide est H. chimborazi. Le taxon H. waringi (Holland, 1920), fondé sur l’étude d’un matériel non diagnostique, est considéré invalide. L’analyse cladistique soutient la monophylie des gomphothères SA (Cuvieroniinae) H. chimborazi, Cuvieronius hyodon (Fischer de Waldheim, 1814), et “Stegomastodon platensis (Ameghino, 1888), définis par cinq caractères non ambigus. Des résultats contradictoires quant aux relations internes des gomphothères SA conduisent à trois hypothèses alternatives : deux paires exclusives ((H. chimborazi, “S.” platensis) C. hyodon) et ((C. hyodon, “S.” platensis) H. chimborazi)), ou une trifurcation. Elles impliquent que la séparation ancestrale des trois taxons SA serait le résultat, soit de deux branchements dichotomiques successifs, soit d’un unique évènement de trifurcation. La dernière hypothèse serait cohérente avec la distribution fossile séparée des trois espèces de gomphothères SA. “Stegomastodon platensis n’apparait pas directement lié aux Stegomastodon Pohlig, 1912 nord-américains (NA), ce qui soutient son exclusion de ce genre. L’espèce NA Rhynchotherium cf. falconeri Osborn, 1923 se place en groupe frère des gomphothères SA, sur la base de quatre caractères non équivoques. Les Stegomastodon NA et Sinomastodon Tobien, Chen & Yuqing, 1986 asiatiques forment les groupes externes successifs du clade précédent avec lequel ils forment un groupe monophylétique qui inclut toutes les espèces brévirostres considérées, associées au gomphothère à symphyse mandibulaire inclinées vers le bas Rhynchotherium Falconer, 1868. Les résultats de l’analyse phylogénétique présente indiquent un niveau relativement élevé d’homoplasie au sein de l’évolution des gomphothères du Nouveau Monde.

Mots-clés :

Mammalia, Proboscidea, Gomphotheriidae, Haplomastodon, Stegomastodon, Amérique du Sud, Équateur, Pléistocène, ostéologie, phylogénie.

Télécharger l'article complet au format PDF