Accueil

Les ammonites de l'Hettangien, du Sinémurien et du Pliensbachien inférieur de la Dorsale de Grande Kabylie (Algérie).

Jean-Louis DOMMERGUES, Gérard CATTANEO, Ramdane AÏTE & Jean-Pierre GÉLARD

fr Geodiversitas 30 (3) - Pages 539-576

Publié le 30 septembre 2008

Les faunes étudiées comportent une trentaine d’espèces d’ammonites caractérisant l’Hettangien, le Sinémurien et/ou le Pliensbachien inférieur (Carixien). Elles ont été récoltées dans quatre gisements de la Dorsale kabyle (Djurdjura et massif de Chellata, Algérie septentrionale). Ce petit secteur de l’orogène alpin périméditerranéen, lequel s’étend de Gibraltar à la Calabre, est interprété comme faisant partie de la marge passive méridionale d’un microcontinent (ALKAPECA) situé au cœur de la partie occidentale du domaine téthysien. Au cours de la période considérée cette marge passive subissait une phase active de rifting. Les gisements d’ammonites les plus riches (Sinémurien supérieur et/ou Pliensbachien inférieur) correspondent à des dépôts peu épais, plus ou moins noduleux et riches en oxyde de fer qui rappellent parfois les faciès « ammonitico rosso ». Les faunes sont souvent condensées et/ou remaniées. En termes paléobiogéographiques, les ammonites étudiées indiquent une très forte polarité méditerranéenne : la grande majorité des espèces sont connues exclusivement ou presque exclusivement dans la Téthys occidentale. Les Phylloceratoidea et les Lytoceras abondent. Ces taxons suggèrent la proximité du sillon maghrébin, bassin profond, plus ou moins directement connecté au domaine océanique téthysien. La faune algérienne comporte également une proportion non négligeable de formes originales mais malheureusement seulement représentées par des spécimens isolés et/ou plus ou moins incomplets. Contrairement aux taxons d’affinités océaniques, ces formes, peut-être pour partie des espèces endémiques, suggèrent une tendance au cloisonnement des bassins. À titre d’hypothèse, et en l’absence de datations précises, on pourrait envisager une alternance de phases d’ouverture et de fermeture des communications entre bassins.

Mots-clés :

Mollusca, Cephalopoda, Ammonites, Jurassique inférieur, Téthys occidentale, Kabylie, Algérie, biostratigraphie, paléobiogéographie, paléobiodiversité

Télécharger l'article complet au format PDF