Accueil

New discoveries of hyaenodontids (Creodonta, Mammalia) from the Pondaung Formation, middle Eocene, Myanmar ? paleobiogeographic implications

Stéphane PEIGNÉ, Michael MORLO, Yaowalak CHAIMANEE, Stéphane DUCROCQ, Soe Thura TUN & Jean-Jacques JAEGER

en Geodiversitas 29 (3) - Pages 441-458

Publié le 28 septembre 2007

Nouvelles découvertes de hyaenodontidés (Creodonta, Mammalia) de la Formation Pondaung, Éocène moyen, Myanmar : implications paléobiogéographiques.

La faune de Pondaung inclut environ 50 espèces de mammifères, comprenant cinq espèces de créodontes dont quatre ont été décrites. L’espèce la mieux connue, Kyawdawia lupina Egi et al., 2005, a été récemment décrite sur du matériel crânien fragmentaire, des dentures très usées et des éléments post-crâniens. En se basant sur ces créodontes de Pondaung, une récente analyse phylogénétique suggère une connexion paléobiogéographique entre l’Afrique et l’Asie au cours de l’Éocène, donc une relation de proche parenté phylogénétique entre les créodontes d’Afro-Arabie et ceux d’Asie du Sud-Est (d’où le nom « Afro-Asian proviverrines » donné à cet ensemble par de précédents auteurs). Dans cet article, nous remettons en question l’existence naturelle de ce clade sur la base d’un nouveau matériel de créodontes découvert dans la Formation Pondaung, notamment dans des localités qui n’en avaient pas encore livré jusqu’à présent. Ce nouveau matériel inclut les restes dentaires très bien préservés de deux espèces : 1) Kyawdawia lupina représenté par des dents complètes ou fragmentaires qui n’étaient pas ou mal documentées dans l’hypodigme de l’espèce ; et 2) Hyaenodontidae sp. indet. Grâce à ce matériel et à l’étude directe d’un grand nombre de Hyaenodontidae, nous avons analysé les arguments en faveur d’une relation de parenté proche entre les créodontes d’Afrique et ceux d’Asie. Cette relation n’est pas confirmée en raison : 1) d’une mauvaise interprétation des caractères, résultant en partie de la mauvaise conservation du matériel hypodigme ; et 2) de l’absence de caractères et/ou de taxons clés dans la matrice de données de l’analyse phylogénétique discutée. En conséquence, la prétendue connexion paléobiogéographique entre l’Asie et l’Afrique à l’Éocène apparaît bien moins soutenue que précédemment supposé.

Mots-clés :

Mammalia, Creodonta, Asie du Sud-Est, systématique, paléobiogéographie, relations Afrique-Asie

Télécharger l'article complet au format PDF