Accueil

Earth Expansion, Plate Tectonics and Gaia's Pulse

Martin PICKFORD

en Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle, 4ème série – section C – Sciences de la Terre, Paléontologie, Géologie, Minéralogie 18 (2-3) - Pages 451-516

Publié le 01 août 1996

L'Expansion terrestre, la Tectonique des plaques et les pulsations terrestres

Plusieurs géologues ont déclaré s'interroger à propos de la théorie de la Tectonique des plaques sur une Terre à rayon constant. Ils formulent une série de questions sur les sources d'énergie et les mécanismes de déplacement des plaques qui leur paraissent rester sans réponses. Les cellules de convexion du manteau terrestre animées par l'énérgie géothermique, mécanisme retenu par les tenants de la théorie de la Tectonique globale, ne constituent pas, à leurs yeux, un mécanisme convaincant pour expliquer le mouvement des plaques. En effet l'énergie géothermique est beaucoup trop faible pour accomplir les mouvements envisagés. Il existe, en effet, beaucoup de faits de divers ordres qui réfutent cette théorie ; ainsi, des problèmes de cartographie, des solutions parochiales dans deux dimensions de l'espace, enfin des solutions contradictoires émises sur le mouvement des plaques. D'autres géologues ont envisagé des mécanismes différents (la tectonique de membranes et le flux de liquides) pour expliquer la Tectonique globale, mais leurs propositions sont faites dans le cadre d'une Terre à rayon constant. Un nombre croissant de géologues considère la possibilité d'une Terre en expansion au cours des temps géologiques, et envisage qu'elle ait joué un rôle majeur pour la Tectonique globale. L'Expansion de la Terre n'a pas eu une expression uniforme à sa surface comme le montre la largeur et la répartition des rides d'expansion océanique. Ainsi, seuls 17% de ces rides d'expansion sont réparties au nord du Grand cercle constitué par les chaînes téthysiennes, tandis que 83% le sont au sein et au sud de ce cercle. Cela signifie que l'expansion de l'hémisphère sud a été plus forte que celle de l'hémisphère nord, et que si la gravité avait été nulle, alors la Terre aurait du se gonfler inégalement. Mais l'action de la gravité, source d'énergie terrestre la plus puissante, a maintenu la forme sphérique du globe terrestre, en conséquence de quoi, elle a donné naissance aux chaînes orogéniques et aux fosses océaniques qui sont alignées plus ou moins selon un grand cercle. Cela serait du au fait que l'aire d'un hémisphère croît pendant que son périmètre décroît, engendrant ainsi une compression le long de la zone de contact entre les hémisphères (le Grand cercle). Une Expansion terrestre qui n'est pas uniforme rendrait compte, d'une part, des anomalies dont la Tectonique des plaques est incapables d'expliquer l'origine, et d'autre part des données géologiques telles que : 1) le rapport isotopiques d'Helium dites "cosmic" des rides médio-océaniques, 2) la baisse des paléotempératures des océans, 3) la contemporanéité des phases tectogéniques et celle de l'activité des rifts, les flux de basaltes, les irrégularités du déplacement des points chauds, l'existence des rides d'Expansion océanique abandonnées et d'autres faits encore. Dans le cadre de l'hypothèse de l'Expansion terrestre, la Tectonique globale résulterait de l'effet réciproque de l'énergie, de l'expansion et de la gravité. Deux des mécanismes possibles de l'Expansion terrestre sont discutés : 1) un noyau terrestre aux propriétés d'un plasma, 2) une Terre hydrique (des protons dissemminés dans des lattices métalliques). Ces deux mécanismes peuvent rendre compte de l'Expansion terrestre sans qu'il y ait eu une augmentation de la masse de la Terre. Le mécanisme envisagé est le suivant : le plasma (ou la Terre hydrique) s'altère progressivement en libérant des protons qui se lient avec des électrons pour constituer des atomes, un processus qui s'accompagne d'un fort accroissement du volume sans changement de masse globale. La troisième partie de notre article traite du comportement par à coups de la planète ainsi que des changements séculaires. Au sein du premier d'entre eux, on dénombre les phases tectogéniques, les pulsations des rifts et les éruptions sporadiques de flux basaltiques ; tous semblent être liés au cours des temps géologiques et avoir été engendrés par les mêmes causes. Au même moment se déroulent dans la biosphère, des événements majeurs comme les extinctions globales. Parmi les changements séculaires envisagés, ceux de l'obliquité de la planète et de la position de son axe de rotation ont du joué chacun un rôle important en modifiant la périodicité des saisons et le climat mondial, ce qui s'est traduit par des changements majeurs sur la biosphère. Des conclusions, qui tentent d'expliquer les relations étroites qui unissent les événements de la lithosphère, de l'hydrosphère, de l'atmosphère et de la biosphère, sont tirées.
Mots-clés :
Expansion terrestre, Tectonique des plaques, phases tectogéniques, sources d'énergies endogènes, ceintures orogéniques, Grand cercle, réorientation de l'axe de rotation terrestre, paléotempératures océaniques, ceintures écoclimatiques, obliquité de l'axe de rotation terrestre