Accueil

Le poisson-cyclope d’Alexandre Neckam (De naturis rerum II, 24) : entre vérité zoo­logique et réminiscences virgiliennes

Olga VASSILIEVA-CODOGNET

fr Anthropozoologica 53 (9) - Pages 107-114

Publié le 22 juin 2018

Cet article est tiré de la thématique Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales (imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600)

Un bref chapitre du De naturis rerum d’Alexandre Neckam (II, 24) mentionne l’existence d’un poisson qui vit dans les mers septentrionales, possède un œil unique en forme de bouclier triangulaire et constitue la proie de l’ours blanc. Il s’agit de la toute première mention de ces deux animaux dans un ouvrage de nature encyclopédique. Si le second ne pose pas problème, il n’en va pas de même du premier. Nous passons en revue les différents mammifères marins des régions arctiques susceptibles de se cacher derrière cette mystérieuse description. Nous identifions les sources (le Liber monstrorum et l’Énéide) qu’a utilisées Neckam dans ce passage. Nous discutons la qualité de monstruosité de ce poisson-cyclope. Nous étudions enfin la réception et l’influence de ce chapitre du De naturis rerum : comme il ne fut repris ni par Thomas de Cantimpré ni par Barthélémy l’Anglais, le poisson-cyclope disparut des ouvrages encyclopédiques. Ce chapitre fut en revanche la source probable de l’apparition de l’ours blanc dans les bestiaires anglais qui, jusque-là, l’ignoraient.

Mots-clés :

Moyen Âge, mers septentrionales, poisson, cyclope, ours polaire, Alexandre Neckam, De naturis rerum, Virgile.

Télécharger l'article complet au format PDF