Accueil

Géographie du hareng à la fin du Moyen Âge : les mers du Nord, des lieux de production ?

Frédérique LAGET

fr Anthropozoologica 53 (6) - Pages 81-86

Publié le 20 avril 2018

Cet article est tiré de la thématique Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales (imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600)

La grande pêche harenguière fait son apparition dans les derniers siècles du Moyen Âge et se concentre dans les eaux septentrionales (Baltique, mer du Nord, Manche). Elle devient une manne pour les marchés urbains en demande de nourriture abondante et peu chère. Le hareng est alors un produit de masse dans le Nord de l’Europe et fournit des marchés essentiellement urbains. Cela suppose d’avoir en amont les techniques de pêche et de navigation suffisantes pour un tel ravitaillement. En cela, la pêche harenguière constitue une nouveauté car elle ne s’organise plus à l’échelle locale. Les lieux de la pêche prennent la forme d’une série de nœuds emboîtant entre eux différents parcours qui suivent la migration du poisson. La mer devient alors une sorte d’« arrière-pays » maritime des marchés urbains. Puis, lorsque les harengs sont débarqués, les pouvoirs publics prennent à leur égard nombre de dispositions (lutte contre la fraude, contre les prises trop nombreuses…) qui montrent l’importance sociale du hareng. Tout cela contribue à la création d’un personnel spécialisé, donnant ainsi naissance à la figure du marin-pêcheur, concurrent nouveau du paysan-pêcheur qui évoluait jusqu’alors sur les rivages septentrionaux. De ce point de vue, les mers nordiques deviennent un nouveau centre géographique dans l’économie européenne.

Mots-clés :

Pêche, hareng, ravitaillement, ressources maritimes.

Télécharger l'article complet au format PDF