Accueil

La consommation de produits de la mer à la cour du duc de Bretagne pendant son exil en Angleterre (1377-1378)

Marie CASSET

fr Anthropozoologica 53 (5) - Pages 73-80

Publié le 30 mars 2018

Cet article est tiré de la thématique Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales (imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600)

De mai 1373 à août 1379, le duc et la duchesse de Bretagne, exilés en Angleterre, séjournent majori­tairement dans leurs possessions du centre-est du pays, limitrophes de la mer du Nord. Les archives départementales de Nantes conservent quatre rouleaux de comptes de dépenses de bouche pour les années 1377-1378, rigoureusement tenus par le contrôleur. Le report quotidien des frais engagés pour les tables du duc et de la duchesse permet une évaluation relativement précise de la consommation de trente et une espèces marines : 22 espèces de poissons, cinq de mollusques, deux de cétacés et deux de crustacés. On y met au jour les goûts plus ou moins affirmés pour le poisson frais ou de conserve, pour les mollusques, le poids des contraintes alimentaires (jours maigres et Carême), les saisonnalités spécifiques à cette région côtière et les consommations attendues d’espèces considérées comme des critères de distinction (cétacés), voire franchement inattendues. La comparaison avec un compte conservé lorsque le duc est en Bretagne permet d’évaluer les différences dans les régimes alimentaires et la façon dont la cour ducale s’est pliée ou non aux pratiques anglaises.

Mots-clés :

Poissons, mollusques, cétacés, crustacés, consommation élitaire, Moyen Âge.

Télécharger l'article complet au format PDF