Accueil

Nourrir au lait de vache. L’alimentation des bébés entre nature et technique (1870-1910)

Sarah SCHOLL

fr Anthropozoologica 52 (1) - Pages 113-119

Publié le 30 juin 2017

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, le lait de vache devient l’aliment de substitution majoritairement utilisé pour nourrir les enfants en bas âge car il est considéré comme un produit à la composition idéale offert directement par la nature. Médecins, hygiénistes et philanthropes n’en affirment pas moins que cet allaitement au biberon est « artificiel ». Il est conçu comme une réponse aux défis posés par la société moderne : l’impossibilité d’allaiter pour certaines mères, doublée de la condamnation morale et hygiénique de la mise en nourrice. Cet article décrit et interprète l’articulation entre les concepts de naturel et d’artificiel dans l’alimentation des nourrissons. Il analyse à quelles conditions le lait animal peut se substituer à l’allaitement maternel, dans le contexte d’une reconfiguration plus générale de la place du lait dans l’alimentation humaine, liée à l’urbanisation, l’industrialisation et la révolution pasteurienne. Les débats suscités par ces questions sont retracés à l’aide d’un corpus d’écrits médicaux et de procès-verbaux de congrès internationaux des années 1870-1910. L’article met en évidence que le lait de vache n’est préconisé dans l’allaitement des enfants que s’il est contrôlé, standardisé, stérilisé, voire complété par d’autres substances. Ce lait nouveau, fruit de la science et du progrès, est mis au service d’un projet de société qui cherche à modeler des citoyens forts et sains, élevés au sein de leur propre famille.

Mots-clés :

Allaitement, vache, pasteurisation, industrialisation, puériculture

Télécharger l'article complet au format PDF