Accueil

Les restes animaux en contexte funéraire dans l’Alsace du premier Moyen Âge et ses marges géographiques

Olivier PUTELAT

fr Anthropozoologica 48 (2) - Pages 409-445

Publié le 27 décembre 2013

Les fouilles archéologiques récentes en Alsace (France) et dans différentes autres régions de la rive gauche du Rhin supérieur montrent la place occupée par l’animal dans le monde funéraire mérovingien. Leurs résultats nécessitent une synthèse archéozoologique régionale. Les restes osseux témoignent d’une présence
animale diversifiée : amulettes, tombes animales, dépôts alimentaires. Les groupes funéraires livrant des vestiges fauniques sont ici recensés de façon exhaustive et leurs données sont parfois réexaminées. Les amulettes animales font appel aux espèces sauvages et concernent plus fréquemment les tombes féminines et
les tombes d’enfants. Les origines géographiques de ces objets témoignent de liens commerciaux lointains. La région du Rhin supérieur livre quelques dépôts d’animaux entiers, chiens, équidés, cervidés, qui comptent parmi les exemplaires les plus méridionaux connus pour l’époque en Europe. La fréquence du dépôt
alimentaire animal, dès lors qu’il est attesté, est souvent bien supérieure à ce qui s’observe ailleurs en Gaule mérovingienne, puisqu’environ 24 % des 469 tombes étudiées en livrent au moins un. Pour le haut Moyen Âge, les dépôts alimentaires animaux proviennent presque exclusivement d’espèces domestiques,
dont les proportions respectives varient notablement d’un groupe funéraire à l’autre. Toutefois le porc (Sus domesticus), la poule (Gallus gallus domesticus) et les oeufs constituent l’essentiel des dépôts. L’analyse des restes animaux en contexte funéraire mérovingien met en évidence une diversité des coutumes, souvent
liée au rang social des défunts dans la société et à leur appartenance à la sphère culturelle germanique. Le décryptage de ces gestes mortuaires est absolument indissociable de l’interdisciplinarité de la recherche.

Mots-clés :

Alsace, amulettes, astragale, castor, dépôts alimentaires, funéraire, haut Moyen Âge, mérovingien, talus, tombes animales

Télécharger l'article complet au format PDF