Accueil

The anthropozoology of domestication for milk production

François POPLIN

fr Anthropozoologica 47 (2) - Pages 15-29

Publié le 28 décembre 2012

Le lait tire sa substance d'un être de chair et de sang et de végétaux substantiels et chargés de parfums, par un système digestif à double cycle et fermentation in vivo, celui des ruminants, qui sont aussi les animaux vrais producteurs de viande (« tu bois mon lait, tu manges ma viande »). Le porc, « outlaw » de la domestication laitière, échappe aux règles et peut être vu de manières diverses, prêtant à des tiraillements humains. La relation d'allaitement va jusqu'à la formation au langage en communication faciale avec la mère, tout autre chez l'animal. L'échange sanguo-sanguin du placenta se réplique dans la relation du lait maternel aux laits extra-spécifiques, produisant de la para-parenté animalière, une familiarité avec l'animal telle que sa mise à mort devient un meurtre et demande un contrat moral avec une autorité supérieure nécessaire jusqu'à la créer ad hoc dans l'institution du sacrifice. La rémanence du végétal dans le lait l'abouche avec les sucs et sucres végétaux (lactose, fructose sont évocateurs), la communication passant par les étages supérieurs de la perception (parfums, saveurs, couleurs) et la recherche d'un arbre à lait apparaissant comme une « quête du graal » où le lait d'amandes marque une étape ; il semble que plus on marche vers le soleil levant, plus la métaphore végétale joue, le soja apparaissant comme le point de fuite de cette perspective.

Mots-clés :

anthropologie, domestication, lait

Télécharger l'article complet au format PDF