Accueil

Les enjeux de l'iconographie des vases peints de Nagada II (Égypte, IVe millénaire) : maintien de l'équilibre cosmique ou régénération de la vie?

Gwenola GRAFF

fr Anthropozoologica 46 (1) - Pages 47-64

Publié le 30 juin 2011

L’une des productions caractéristiques de la culture prédynastique égyptienne de Nagada est ses vases peints. Entre 3700 et 3400 av. J.-C., ceux-ci comportent fréquemment des scènes dans lesquelles des personnages masculins présentent des objets courts, courbes, simples ou doubles à trois autres éléments : des femmes aux bras levés au-dessus de la tête, des addax ou des étendards fichés sur les ponts de bateaux. Ces objets courts ont traditionnnellement été interprétés comme des bâtons de pouvoir, mais un examen attentif amène à reconsidérer cette hypothèse. Il pourrait s’agir plus volontiers de cornes, d’addax ou d’ibex. Les silhouettes dessinées par les femmes et les étendards correspondent d’ailleurs à des formes de cornes, et la présence d’addax et d’ibex dans ces scènes renforce cette association. Ceci conduirait à une relecture de ce type d’iconographie qui serait alors plus orientée vers une problématique de régénération de la vie, à laquelle sont liées les cornes, que de maintien de l’équilibre cosmique par le détenteur du pouvoir terrestre, comme l’aurait voulu la lecture de bâtons de pouvoir.

Mots-clés :

Égypte, Prehistoire, iconographie, gazelles, cornes.

Télécharger l'article complet au format PDF