Accueil

Was milk a « secondary product » in the OldWorld Neolithisation process? Its role in the domestication of cattle, sheep and goats

Jean-Denis VIGNE & Daniel HELMER

en Anthropozoologica 42 (2) - Pages 9-40

Publié le 31 décembre 2007

L'exploitation du lait a-t-elle valeur de « production secondaire » dans la néolithisation de l'Europe ? Son rôle dans la domestication des bovins, des moutons et des chèvres

En partant d'une présentation critique du modèle de la révolution des « productions secondaires » de Sherratt, les auteurs résument les récentes preuves biochimiques, isotopiques et paléogénétiques de l'exploitation néolithique du lait en Europe. Elles suggèrent que l"exploitation laitière s'est développée bien avant la révolution des « productions secondaires ». Dans un second temps, ils concentrent leur propos sur les indices ostéoarchéologiques au Proche-Orient et en Europe méditerranéenne. En s'appuyant sur les récentes améliorations des techniques archéozoologiques de construction et d'interprétation des profils d'abattage qui traduisent les stratégies de gestion des animaux, ils analysent 36 de ces profils pour les moutons ou chèvres (caprinés) et 17 pour les bovins. Ils mettent en évidence l'exploitation laitière des caprinés dès les tout premiers stades du Néolithique dans les deux régions concernées, et suggèrent fortement l'utilisation de pratiques de gestion adaptées à l'exploitation laitière des vaches. L'ensemble de ces observations indique que les produits laitiers faisaient déjà partie de l'alimentation au début de la néolithisation, et qu'ils doivent donc avoir joué un rôle dans la domestication des animaux au Proche-Orient et dans la diffusion de leurs descendants dans le bassin Méditerranéen. Ces observations et interprétations suggèrent que les villageois du complexe culturel nommé Neolithique Precéramique B (PPNB) étaient en mesure de développer des innovations techniques adaptées à l'exploitation des premiers animaux domestiques dès le milieu du 9e millénaire, alors qu'il s'agissait encore de « chasseurs-agriculteurs élevant » plutôt que de véritables agriculteurs-éleveurs. Cela incite les auteurs à plaider contre l'image de derniers chasseurs à faibles capacités techniques dans le domaine de la gestion des animaux. Bien que toujours partiellement recevable, l'hypothèse d'une révolution des « productions secondaires » doit donc être profondément révisée. Les termes de « production primaire » et « secondaire » doivent eu-même être remis en question : les auteurs proposent de leur substituer, respectivement, ceux de « production finale » et « du vivant ».

Mots-clés :

Néolithique, exploitation laitière, “productions secondaires”, profils d’âge d’abattage, Proche-Orient, Europe méditerranéenne, PPNB.

Télécharger l'article complet au format PDF