Accueil

Sacrifices et domestication des bovins dans la Chine antique sous les Shang postérieurs (vers 1300 à 1046 avant J.-C.)

Guoqiang LI

fr Anthropozoologica 42 (1) - Pages 19-46

Publié le 29 juin 2007

Cette étude, exclusivement fondée sur les inscriptions oraculaires sur os et carapaces, les plus anciennes données paléographiques chinoises, a pour objectif de déterminer la motivation religieuse essentielle de la domestication des bovins sous les Shang postérieurs (vers 1300 à 1046 avant notre ère). En tant que victimes absolument privilégiées, les bovins ont surtout été sacrifiés dans les rites somptueux. La demande quantitative et qualitative générée par ces rites supposait toutefois un approvisionnement suffisant et un choix rigoureux selon des critères physiques (couleur, âge, sexe, taille, etc.), ce qui a conduit à un développement du pâturage et de l'élevage en enclos et a accéléré le processus de domestication. Dans la société des Shang, où le sacrifice occupait une place primordiale, les affaires ayant trait aux bovins s'intégraient au premier plan du régime politico-religieux. C'était le moteur le plus puissant de l'élevage et de la domestication de l'animal. Dans ce système, la domestication des bovins faisait partie intégrante de l'interaction entre l'homme, la nature et la société dans une culture essentiellement religieuse.

Mots-clés :

Bovins, sacrifice, élevage, domestication, inscriptions oraculaires des Shang, Antiquité chinoise, anthropozoologie.

Télécharger l'article complet au format PDF