Accueil

Place du bestiaire dans le corpus de graffitis gravés aux murs des églises du Bassin Parisien aux XVIe-XVIIIe siècles

Christian MONTENAT & Marie-Laure GUIHO-MONTENAT

fr Anthropozoologica 41 (2) - Pages 171-187

Publié le 31 décembre 2006

Cet article est tiré de la thématique Animaux peints et gravés : de la forme au signe. Le bestiaire dans les expressions graphiques post-paléolithiques en Méditerranée occidentale

Le riche corpus de graffitis gravés aux murs des églises, dans de nombreuses régions du Bassin parisien accorde une place modeste au bestiaire. Trois figurations sont présentées : le coq, le cheval et le cerf, qui possèdent des caractéristiques très différentes quant à la constitution de leur valeur symbolique. Croyances populaires et iconographie religieuse sont sollicitées pour tenter de comprendre le sens à donner à ces figures animales.

Mots-clés :

Bestiaire, graffiti, Bassin de Paris, coq, cheval, fer à cheval, cervidé, piété populaire, Contre-Réforme.

Télécharger l'article complet au format PDF