Accueil

Some aspects of the influence of habitat changes on wildlife in Poland

B. FRUZINSKI

en Anthropozoologica 31 - Pages 185-194

Publié le 01 décembre 2000

Quelques aspects de l'influence des modifications d'habitat sur la faune sauvage de Pologne.

En se basant sur les modifications des écosystèmes forestiers et des espaces ouverts en Pologne, l'auteur analyse la dynamique de population de certaines espèces de gibier et de (grands) prédateurs au cours des 25 dernières années, les effectifs actuels et les perspectives de fonctionnement de ces population dans le futur. Au cours des derniers siècles, la superficie des forêts a beaucoup diminué, passant de 90% de la superficie du pays au Xe siècle à à peine 22% en 1946. Actuellement, elle est d'environ 28%. L'état sanitaire des forêts a aussi sensiblement empiré, particulièrement au cours des 40 dernières années. Paradoxalement, cela a enrichi le substrat de pâturage des différents herbivores. La population d'élan (Alces alces) s'est accrue de façon dynamique jusqu'au début des années 80 où elle a atteint près de 6000 sujets alors qu'il ne restait plus que quelques sujets sur le territoire polonais après la Seconde Guerre Mondiale. Mais les dégâts qu'ils ont occasionnés dans les zones boisées ont entraîné des chasses intensives et la population a chuté à 2500 individus en 1996 et environ 1800 sujets de nos jours. Il est donc envisagé de protéger totalement cette espèce durant les deux ou trois années à venir. La population de cerfs (Cervus elaphus) a augmenté régulièrement jusqu'au début des années 90, jusqu'à dépasser 100000 sujets. Une chasse intensive a fait chuté la population, qui est actuellement de l'ordre de 90000 individus et semble être stable. La population de chevreuil (Capreolus capreolus) a augmenté jusqu'en 1992 et a dépassé les 600000 individus. Différents facteurs environnementaux ont entraîné une diminution de la population à environ 500000 individus, chiffre qui semble être désormais stable. La population de sangliers (Sus scrofa), de 80 à 90000 individus, reste à peu près stable malgré un taux de chasse variable. L'auteur présente également les données de populations d'espèces telles que le daim (Dama dama), le lièvre (Lepus europeus), le faisan (Phasianus sp.), la perdrix (Perdrix perdrix), le coq de bruyère (Tetrao urogallus) et le tétras lyre (Lyrurus tetrix), et de prédateurs comme l'ours (Ursus arctos) et le loup (Canis lupus).
Mots-clés :
Changements des biotopes, Dynamique de population, Chasse, Élan, Cerf, Chevreuil, Daim, Sanglier, Lièvre, Perdrix, Faisan, Ours, Loup.
Télécharger l'article complet au format PDF