Accueil

La marginalisation des animaux en Chine

Michel CARTIER

fr Anthropozoologica 18 - Pages 7-15

Publié le 01 mai 1994

Souvent envisagée comme une civilisation du végétal, la culture chinoise classique faisait néanmoins une part importante à la chasse et à l'élevage. Cet article examine les rapports entretenus par les Chinois avec leurs animaux domestiques en partant d'une distinction fondamentale entre des « animaux de travail » (bovins, équidés et camélidés) et un élevage orienté vers la production de nourriture et de matières premières. L'étude des données statistiques récentes concernant l'agriculture montre que si les produits d'origine animale sont encore peu consommés, bovins et équidés jouent un rôle important comme bêtes de travail dans la préparation de la terre cultivée et les transports. Cette situation ne correspondrait pas nécessairement à un trait culturel mais devrait être envisagée comme le résultat d'une évolution multi-séculaire liée à la croissance démographique et à l'intensification de l'agriculture. Les témoignages de la littérature ancienne confirment les données tirées de l'archéologie concernant une grande importance de l'élevage - et peut-être également de la chasse - dans la Chine antique et médiévale. Le premier millénaire de notre ère a été à juste titre considéré comme « l'âge d'or des animaux domestiques ». On peut alors distinguer trois grands types d'élevages orientés vers l'utilisation des bêtes de travail (agriculture et transports), la production des denrées animales (viande, peaux et lait), mais également la guerre et les loisirs (chasse et jeux). La situation moderne résulterait d'une marginalisation progressive des deux derniers types avec « délocalisation » de l'élevage des chevaux, désormais confié à des populations pastorales vivant à la périphérie de l'koumène chinoise et une réduction de la consommation des denrées d'origine animale. La situation en Chine populaire aussi bien qu'à Taiwan au cours des dernières années laisse penser que cette évolution n'est pas irréversible et que l'équilibre entre animaux de travail et animaux destinés à la consommation est susceptible de se modifier.

Mots-clés :

Agriculture et élevage, Consommation de produits animaux, Guerre, Transports, Chasse, Chine.

Télécharger l'article complet au format PDF