Accueil

Hasard, taphonomie ou redevance ? Le cas du porc médiéval

Jean-Claude LE BLAY

fr Anthropozoologica 17 - Pages 7-10

Publié le 01 novembre 1993

Nombreux sont les textes carolingiens qui nous renseignent sur les redevances en nature destinées aux autorités laïques, seigneuriales ou religieuses. À partir de l'étude archéozoologique de trois sites médiévaux du sud de la région parisienne, tous trois de statut différent, l’auteur tente de compléter ces informations. La comparaison est basée sur la restitution des carcasses de porc ainsi que de leurs éventuels manques. L'animal choisi dans ce cas a l'avantage d'être élevé selon des modalités ancestrales et exclusivement pour sa viande : celle-ci, salée ou fumée, se conserve aisément et constitue l'un des ingrédients quotidiens de la soupe de légumes ou de céréales. Ainsi sont présentés les trois sites suivants : a) village fortifié de Varzy (Nièvre), 8-10e siècle. b) hameau carolingien d'Ecuelles-Ravannes (Seine-et-Marne), où, fait inhabituel au 10e siècle, se pratique la chasse à grande échelle. c) villa carolingienne de Saint-Germain-les-Corbeil, dépendance essonnaise de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés de Paris dont la production est probablement réservée à la prébende.

Mots-clés :

Alimentation, Haut Moyen-Âge, Porc.

Télécharger l'article complet au format PDF